Après le cauchemar de l’attentat, les Niçois cherchent leurs proches

Sur les réseaux sociaux, la recherche de potentielles victimes s’organise depuis le 15 juillet, les internautes partageant des photos de leurs proches dont ils sont sans nouvelle, afin que d’autres puissent éventuellement les renseigner.

En quelques heures, les messages ont été rassemblés sur des pages Twitter et Facebook spéciales afin qu’un maximum de personnes puissent y avoir accès.

Parmi les disparus on trouvent notamment de nombreux enfants. Sur Interne, les photos défilent et les parents attendent avec impatience que quelqu'un leur réponde. Et dans certains leurs souhaits ont été exaucés.

Un nourrisson de 8 mois retrouvé grâce aux réseaux sociaux

En effet, parfois, ce mouvement de solidarité et d’entraide a porté ses fruits : plusieurs jeunes gens ont été retrouvé sains et saufs grâce à Twitter.

Mais surtout une histoire est particulièrement émouvante, celle d'une mère de famille qui a retrouvé son bébé de 8 mois grâce à Facebook. Un couple avait recueilli le nourrisson chez eux, après que sa mère l’a perdu dans le mouvement de foule qui a suivi l’attaque du camion fou.

L’appel à l’aide de la mère désespérée a été relayé plus de 22 000 fois sur Facebook, comme l’a indiqué BFMTV. 1 heure plus tard, l’enfant était retrouvé sain et sauf.

Dans les heures qui ont suivi l'attaque, les Niçois se sont également mobilisés avec le hashtag #portesouvertes qui permet de faire savoir aux personnes dans la rue qu'ils peuvent se réfugier chez des habitants solidaires.

Par ailleurs, une cellule d’information du public a été mise en place et est joignable au 04 93 72 22 22. La cellule interministérielle d’aide aux victimes est quant à elle joignable au 01 43 17 56 46.

Lire aussi : La Promenade des Anglais au lendemain de l’attentat de Nice

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales