Qui était vraiment Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le terroriste de Nice ?

© Capture d'écran Twitter

Alors que l'identité du Tunisien de 31 ans, responsable de la mort de 84 personnes à Nice le 14 juillet, s'éclaircit peu à peu, on sait désormais que l'homme, qui résidait en France depuis 2008, était connu de la justice pour des faits de violence.

Habitant de Nice de nationalité tunisienne, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel est né le 3 janvier 1985 à M’saken, près de la ville de Sousse, nous apprend la carte d'identité retrouvée par la police à l'intérieur du camion qui a servi à l'attentat.

Il vivait en France depuis 2008 au moins et était titulaire d’un carte de séjour temporaire valable jusqu’en janvier 2019. Il n'était pas revenu en Tunisie depuis près de 4 ans. 

Marié et père de trois enfants, il était en instance de divorce et exerçait la profession de chauffeur-livreur, raison pour laquelle il possédait un permis poids lourd. Ses voisins niçois l'ont décrit comme quelqu'un de «solitaire» et «silencieux», rapporte la chaîne d'information iTélé.

Inconnu des services de renseignement, mais pas de la justice

L'homme n'était pas fiché S et était totalement inconnu des services de renseignement, n'ayant jamais été signalé pour radicalisation.

Et pourtant, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait plusieurs fois eu affaire avec la justice. 

Depuis 2010, plusieurs procédures mentionnent en effet son nom mais ce n’est qu’en mars 2016 que le tueur a été condamné  à six mois de prison avec sursis pour «violence avec arme», après une altercation avec un automobiliste survenue en janvier. Il avait en effet frappé un conducteur à la tête, lui assénant un coup de palette en bois, ce qui lui a valu d’être placé en garde à vue, puis sous contrôle judificaire. Il s’agira de sa seule condamnation.

Lire aussi : VIDEOS PERTURBANTES : le moment où le camion fonce dans la foule à Nice

Des zones d'ombres persistent

Malgré l'avancée de l'enquête sur son attaque du 14 juillet à Nice, les motivations de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel restent pour l'heure assez floues, et ce malgré la revendication de Daesh survenue tardivement le 16 juillet.

Interrogé sur BFMTV, l'ancien maire de Nice Christian Estrosi a en tout cas expliqué que le conducteur avait «structuré et prémédité» son opération.

Lire aussi : Plusieurs dizaines de morts dans un attentat à Nice pendant le feu d'artifice du 14 juillet

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales