Isère : un site touristique majeur ferme ses portes à cause de l'installation de gens du voyage

JEAN-PIERRE CLATOT © Le château de Vizille, qui abrite le musée de la Révolution française. Source: AFP
JEAN-PIERRE CLATOT

Le Conseil départemental de l'Isère a décidé de fermer au public l'accès au domaine de Vizille, haut lieu du tourisme local, à cause de la présence de 75 caravanes de gens de voyage.

«Le week-end passé, 200 personnes, de passage dans le département, se sont introduites de force dans le parc du domaine [de Vizille] pour s’y établir, au pied du château, sans aucune autorisation ni information sur la durée d’occupation», a fait savoir le département de l'Isère, dans un communiqué publié lundi 11 juillet.

L'intrusion des gens du voyage, disposant de 75 caravanes, a poussé le Conseil départemental à clore les portes du domaine au public – une décision douloureuse, dans la mesure où le site constitue l'une des principales attractions touristiques de l'Isère. Son château abrite en effet le musée de la Révolution française, qui accueille chaque année 800 000 personnes environ.

Aux pertes économiques s'ajoutent des dégâts écologiques, la flore du parc de Vizille incluant de nombreuses espèces végétales protégées.

L'expulsion rapide des occupants rendue presque impossible par la loi

Outre la fermeture temporaire du domaine, le département a fait constater au plus vite l'installation illégale des gens du voyage par un huissier, et a déposé un référé auprès du tribunal administratif afin d'obtenir leur expulsion.

Le recours, toutefois, a peu de chance d'aboutir, en raison de l'absence d'aire disponible dans les environs pour accueillir les 200 occupants. La justice, en effet, ne pourra pas ordonner l'expulsion des gens du voyage sans lieu d'installation alternatif.

A lire aussi : Paris : deux élus LR expulsent eux-mêmes des migrants installés dans un gymnase

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales