L'ADN de Jawad Bendaoud, le «logeur» des terroristes du 13 novembre, retrouvé sur un gilet explosif

© BFMTV Source: AFP

L'ADN du jeune homme, qui avait loué son appartement à plusieurs djihadistes impliqués dans les attaques meurtrières du 13 novembre 2015, a été retrouvé sur le composant d'un gilet explosif utilisé par un kamikaze.

L'appartement, situé en Seine-Saint-Denis, avait été pris d'assaut par le Raid à la suite des attentats, alors que deux des terroristes s'y étaient retranchés. L'un d'eux s'était alors fait exploser à l'aide d'un gilet explosif.

D'après des informations révélées par TF1, les traces génétiques de Jawad Bendaoud se trouvaient, très précisément, sur du ruban adhésif ayant servi à relier des fils électriques au bouton poussoir (du gilet). Les ADN des deux djihadistes présents durant l'intervention des forces de l'ordre - Abdelhamid Abaaoud, chef opérationnel présumé des attentats, et Chakib Akrouh, le djihadiste-kamikaze - ont également été trouvés sur ce ruban.

Le «logeur de Saint-Denis», qui avait jusque-là affirmé n'avoir pas été au courant des intentions meurtrières de ses hôtes, a justifié la présence de son ADN sur le ruban par le simple fait que celui-ci se trouvait dans son appartement, avant la venue des terroristes. Selon TF1, l'homme a «formellement démenti avoir aidé les deux kamikazes à préparer leur gilet explosif».

Le 24 novembre 2015, Jawad Bendaoud  avait été mis en examen dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, qui ont causé la mort de 130 personnes.

A lire : Attentats de Paris : Hamza Attou, complice de Salah Abdeslam, a été remis à la France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales