Proglio dit non à Thales en accusant Bercy, Macron dément et voit toujours un conflit d’intérêt

Henri ProglioSource: Reuters
Henri Proglio

Henri Proglio renonce à prendre la tête de la présidence de Thales, à la veille de l’Assemblée Générale qui devait le désigner. Il dénonce ouvertement Bercy de l’avoir sali, alors qu’Emmanuel Macron y voit un conflit d’intérêt.

L’ancien PDG de Veolia et EDF Henri Proglio a décidé de retirer sa candidature au poste de Président non exécutif de Thales, ultime rebondissement dans le processus de désignation de la gouvernance du groupe d'électronique et de défense. Dans un entretien au Monde, il déclare en avoir «assez du soupçon, de l’humiliation», accusant Bercy d’alimenter «une campagne» à son encontre, alors que sa nomination avait été validée par l’Elysée dans un premier temps. «Il faut arrêter de me prendre pour un guignol, un espion, un goinfre, un traître».

Bercy juge en effet que ses relations avec des acteurs russes de la filière nucléaire, sont de nature à créer des conflits d’intérêts. A la suite des déclarations tonitruantes d’Henri Proglio, Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, a déclaré qu’«il était normal que nous demandions à Henri Proglio de choisir entre des fonctions éminentes de dirigeant même non exécutif à la tête de Thalès et des engagements réels, rémunérés auprès de grands acteurs du secteur militaire et civil, en particulier nucléaire, russe. Cela ne nous paraissait pas compatible. C'est un problème d'éthique et de conflit d'intérêt».

En savoir plus : La nomination d'Henri Proglio, proche de Rosatom, à la présidence de Thales dérange Bercy

Quant aux accusations de «campagne» menée contre Henri Proglio, le ministre a assuré que ce n’était pas le cas : «je n'ai pas alimenté de campagne, j'ai du respect pour l'homme, pour le dirigeant qu'il a été à la tête de Veolia et d'EDF».

Selon le magazine Challenges, Henri Proglio serait également administrateur de la banque russe Rossiya, établissement sous sanctions occidentales depuis Mars 2014. Cela serait en réalité la cause principale de son renoncement à la présidence de Thales.

Henri Proglio avait été choisi pour assurer la présidence non-exécutive de Thales au terme d'un compromis trouvé de longue lutte entre l'Etat et le groupe Dassault Aviation, les deux actionnaires principaux du groupe d'électronique de défense avec respectivement 26,4% et 25,3% du capital.

Patrice Caine, qui devait céder son fauteuil de président du groupe à Henri Proglio et rester directeur général exécutif, conservera les deux fonctions à la tête du groupe d’électronique de défense.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales