Le cofondateur de Nuit Debout passera devant un juge

- Avec AFP

Le leader de Nuit Debout passera par la case tribunal© Capture d'écran du compte Twitter : @DenisGravouil
Le leader de Nuit Debout passera par la case tribunal

Loïc Canitrot, en partie à l’origine du mouvement Nuit Debout, a été arrêté mardi 7 juin à l'issue d'une occupation du siège du Medef. Il sera jugé au tribunal correctionnel de Paris pour «violences volontaires en réunion».

Décidément, rien ne va plus pour Nuit Debout. Alors que mercredi soir, certains des sympathisants du mouvement ont attaqué des membres du groupe des Veilleurs qui souhaitaient occuper eux aussi la place de la République, c’est au tour d’un des fondateurs de l’initiative citoyenne d’avoir des démêlés avec la justice.

Loïc Canitrot, a participé mardi à une action coup de poing des intermittents du spectacles qui ont occupé le siège du Medef. Durant cette démonstration de force, des heurts ont éclaté entre manifestants et employés de l’organisation patronale. Les deux camps se renvoient la responsabilité des violences. Un chef de la sécurité accuse notamment le militant de violences, tandis que l'intéressé a déclaré avoir reçu des coups.

Acclamé comme une rockstar

Placé en garde à vue à la suite de ces altercations le militant de Nuit Debout est sorti du Palais de Justice de Paris jeudi matin. Il avait été déféré à l'issue de sa garde à vue. Dehors, quelques 350 personnes, selon les organisations syndicales, réclamaient bruyamment sa «libération».

Certaines personnalités politiques favorables au mouvement avaient fait le déplacement. Olivier Besancenot (NPA) et Eric Cocquerel (Parti de Gauche) étaient présents pour exprimer leur soutien. La sortie du militant, également actif contre la loi travail, s'est faite sous un tonnerre d'applaudissements.

L’homme apparaît déterminé à bétonner sa défense : «Cela nous laisse un mois et demi pour préparer le dossier, et mettre en avant le fait qu'il n'y a rien du côté de la plainte.» Le membre de la Compagnie Jolie Môme et adhérent de la CGT Spectacle a trouvé un défenseur en la personne d’Eric Cocquerel : «L'occupation puis l'évacuation par la police se sont déroulées pacifiquement. A l'exception d'un coup violent porté par le responsable de la sécurité du Medef à Loïc.»

Lors de la confrontation entre les deux parties, qui a eu lieu mercredi dans un commissariat, l'agent de sécurité avait décidé de maintenir sa déposition et de porter plainte. Loïc Canitrot avait quant à lui effectué une consultation médicale à l'Hôtel-Dieu avant d'entamer sa garde à vue.

Le cofondateur de Nuit Debout sera jugé le 5 août devant le tribunal.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales