Nancy : un homme condamné pour avoir dégradé des drapeaux français juste après les attentats

© Philippe Wojazer Source: Reuters

Trois jours seulement après les attentats du 13 novembre à Paris, un homme à la dérive s'est attaqué à des drapeaux français accrochés à la gare de Nancy en solidarité aux victimes. Il a été condamné à 120 heures de travaux d'intérêt général.

Au terme du procès, il est finalement apparu que l'homme, fortement alcoolisé, n'avait pas fait ce geste dans le but d'offenser la mémoire des victimes et le drapeau français. Ce père de famille marocain n’a rien d’un apprenti terroriste, ni d'un sympathisant djihadiste. Son attitude doit tout à l’abus d’alcool.

Un dérapage sur fond de détresse sociale, explique l'Est républicain. Ce dont la représente du Parquet a tenu compte lors du procès de vendredi. Elle ne s’est pas acharnée sur le casseur de drapeaux et a requis 120 heures de travaux d’intérêt général. La peine a été appliquée.

Devant le tribunal correctionnel de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le père de famille a essayé d’expliquer qu’il avait empoigné et cassé les drapeaux pour… «pouvoir les embrasser». Le tout, soi-disant, en criant «vive la France». Les témoins de la scène, eux, ont plutôt évoqué un homme «excité», «éméché» et «en roue libre». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales