Loi travail : retour en images sur de nouvelles manifestations et de nouvelles violences (VIDEOS)

© Georges Gobet Source: AFP

Paris, Nantes ou encore Le Havre : jeudi, les opposants à la réforme du code du travail ont à nouveau battu le pavé dans toute la France. Et une nouvelle fois, les revendications ont par moment laissé place à de violents affrontements avec la police.

Dans la capitale, des casseurs se sont joints au cortège, qui a rassemblé entre 18 000, selon la police et 100 000 personnes, selon les organisateurs. Alors qu’ils envoyaient des projectiles sur les CRS et saccageaient des vitrines, des agences bancaires et des caméras de surveillance, des gaz lacrymogènes ont été propulsés par les forces de l’ordre, touchant indistinctement les radicaux et les simples manifestants.

Auteur: RT France

Lors du cortège et de sa dispersion, place de la Nation, les CRS ont chargé à plusieurs reprises et de manière parfois musclée. Ils ont procédé à plusieurs interpellations après avoir été pris à partie par certains activistes violents.

Auteur: RT France

A Nantes également, des casseurs s'en sont pris à des vitrines et ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre, qui ont répliqué par des jets de gaz lacrymogène.

Dans l'ensemble du pays, 77 personnes ont été interpellées, dont 36 rien que dans la capitale, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Auteur: RT France

Au Havre, le cortège contre la loi travail, qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes s'est pour sa part déroulé dans une ambiance plus pacifique, mais tout aussi revendicatrice. Les ponts de Normandie et de Tancarville, non loin de la cité portuaire, ont ainsi été bloqués durant plusieurs heures par les protestataires.

Auteur: RT France

Dans l'ensemble du pays, 153 000 personnes, selon la police, et 300 000, selon la CGT, se sont rassemblées en signe de protestation contre la loi El Khomri, promue par le gouvernement de Manuel Valls.

Aller plus loin : Grèves, blocages et cohérence

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales