Vers un remaniement majeur dans les hautes sphères de l’armée française ?

Vers un remaniement majeur dans les hautes sphères de l’armée française ?© Dominique Faget Source: AFP
Le chef d'état-major particulier du Président, Benoît Puga, ici en compagnie du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian

Alors que le général Puga, chef d’état-major particulier de François Hollande, a fait part de son souhait de quitter son poste, une lutte d’influence s’exerce dans les coulisses de l’armée, laissant peut-être présager un grand remaniement.

Tout est parti de l’annonce, il y a plusieurs mois, du départ du général Georgelin, qui s’apprête à quitter son poste de la grande chancellerie de la Légion d’Honneur après six ans de bons et loyaux services.

Et l’actuel chef d’état-major particulier du président de la République, le général Puga, ayant confié à François Hollande qu’il se verrait bien le remplacer, la perspective d’un remaniement en chaîne des plus hauts postes militaires du pays apparait au grand jour.

Alors que se pose la question de savoir qui remplacera le général au poste de chef d’état-major particulier du président de la République (Cemp), le cabinet du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian aurait déclaré au magazine français Valeurs Actuelles que le choix était fait. Et tout porterait à croire que l’amiral Rogel, «un sous-marinier au parcours très complet, très expérimenté», serait dans les petits papiers de l’Elysée.

Mais l’éventuelle nomination de ce dernier, actuel chef d’état-major de la Marine, nécessiterait la nomination d’un successeur à son poste. Il pourrait alors s’agir du vice-amiral Prazuck, aujourd’hui directeur du personnel militaire de la Marine, dont Jean-Yves Le Drian apprécie particulièrement le profil, explique l’hebdomadaire.

Enfin, un remaniement serait également envisagé au poste de sous-chef d’état-major opérations, chargé de diriger les opérations françaises dans et en dehors du territoire français. Le général Didier Castres, qui occupe cette fonction «épuisante» depuis maintenant près de cinq ans, pourrait notamment être remplacé par le général Gomart, directeur du Commandement des opérations spéciales qui a notamment commandé l’opération Serval, au Mali.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»