Jungle de Calais : quarante blessés dans une importante rixe de migrants, l'enquête ouverte (VIDEO)

Source: Reuters

Une quarantaine de personnes, dont des CRS, des bénévoles et des réfugiés, ont été blessés jeudi après-midi dans un affrontement de plusieurs heures entre 200 Afghans et Soudanais, transformant le camp en un véritable champ de bataille.

Le bilan s'élève à «40 victimes, dont 13 ont été évacuées sur le centre hospitalier de Calais», a indiqué la préfète du Pas-de-Calais Fabienne Buccio, précisant que «trois personnes ont été blessées plus sérieusement et l'une d'elle a été blessée par arme blanche».

Parmi les victimes des échauffourées, on dénombre 33 migrants, deux CRS et cinq membres de l’association La Vie Active, qui gère le centre d’accueil Jules Ferry, où les heurts ont éclaté, pour une raison encore inconnue. L’une des bénévoles, ayant reçu un projectile dans le visage, a été plus sévèrement blessée.

Jean-Pierre Valensi, procureur de Boulogne-sur-Mer, a affirmé à l’agence de presse AFP qu’une enquête «pour violences volontaires avec armes» avait été ouverte par le parquet, puis transférée au commissariat de Calais. Il a précisé qu’aucune interpellation n’avait, pour l’heure, eu lieu.

Après la rixe, qui a débuté jeudi en début d'apèrs-midi, le site du journal La Voix Du Nord, qui a recueilli des témoignages sur place, a affirmé que des migrants avaient été «aperçus armés de pierres, de bâtons et de machettes».

Au sein même du camp de la Jungle de Calais, plusieurs cabanes ont été brûlées et le local de l'ONG humanitaire Médecins sans frontières aurait lui aussi été touché par les flammes.

260 policiers et gendarmes, 70 pompiers, ainsi que de nombreux infirmiers et médecins ont été déployés sur place jeudi, permettant à la situation de revenir à la normale dans le cours de la soirée.

Lire aussi : Calais: une rixe entre migrants fait 24 blessés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales