Attentats de Paris : Salah Abdeslam a refusé de répondre au juge d'instruction

- Avec AFP

Le convoi transportant Salah Abdeslam arrivant sous haute surveillance au tribunal© Matthieu Alexandre Source: AFP
Le convoi transportant Salah Abdeslam arrivant sous haute surveillance au tribunal

Le terroriste présumé a refusé de répondre aux questions du juge d'instruction qui devait l'interroger pour la première fois en France dans l'enquête sur les attentats de Paris du 13 novembre, a annoncé le parquet de Paris.

«Salah Abdeslam a d'entrée de jeu fait valoir son droit au silence, en refusant de répondre aux questions du juge d'instruction», a déclaré le parquet.

«Il a également refusé de préciser les raisons le conduisant à faire un tel usage de son droit au silence. Il a refusé de la même façon de confirmer les déclarations qu'il avait précédemment faites devant les policiers et devant le juge d'instruction belges», a-t-il ajouté.

Frank Berton, l’un de ses avocats, a confirmé à l’AFP qu’Abdeslam n’avait pas souhaité «s'exprimer aujourd'hui», assurant toutefois «qu'il le ferait plus tard».

Mais le parquet n’a de son côté pas confirmé cette information, affirmant que le djihadiste présumé n’avait fait aucune promesse pour la suite.

«Il a refusé de confirmer s'il répondrait dans le futur, nonobstant les promesses qu'il avait faites et que le juge lui a rappelées», a également expliqué un avocat des parties civiles, Olivier Morice. «C'est une attitude parfaitement scandaleuse. Tant Salah Abdeslam que ses conseils continuent d'exercer une forme de manipulation de l'opinion publique», a-t-il dénoncé.

Seul membre encore en vie des commandos djihadistes du 13 novembre, Sala Abdeslam était arrivé en début de matinée au palais de justice pour un premier interrogatoire en France.

En savoir plus : Première comparution devant un tribunal français pour Salah Abdeslam

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales