Une jupe bouleverse les réseaux sociaux français

Une jeune fille masulmane dans une école française© Jean-Paul PelissierSource: Reuters
Une jeune fille masulmane dans une école française

L’histoire de Sarah, une collégienne de 15 ans qui n’a pas été autorisée à rentrer dans sa classe à deux reprises en raison de la longueur de sa jupe noire, a enflammé l’Internet.

Sur les réseaux sociaux, on poste des photos de célébrités portant de longues jupes noires.

On se demande si les femmes politiques françaises sont musulmanes. 

On propose de réclamer le boycott des princesses de Disney…

de la statue de la Liberté…

et même du Pape !

On ne sait plus maintenant ce qui est mieux : un jupe courte ou longue ?

Certains trouvent que cette situation est un délire complet. 

On évoque 1968, lorsqu’on a interdit aux garçon d’avoir les cheveux longs. Maintenant c’est au tour des jupes.

Certains proposent au gouvernement d’interdire les vêtements neutres.

On se moque des photos des siècles passés.

Des personnalités politiques françaises ont aussi exprimé leur mécontentement sur Twitter sous le hashtag #JePorteMaJupeCommeJeVeux. Tous jugent l’interdiction absurde.

Selon le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), au moins130 lycéennes ou collégiennes ont été privées de cours pour avoir porté des tenues «ostentatoires» en 2014.

Le sociologue et historien de la laïcité Jean Baubérot a déclaré que cette politique ne ferait qu’aggraver la situation de ces filles qui partiront étudier dans des écoles privées.

«Si l'on pourchasse les jeunes filles qui ont des jupes longues, leurs parents vont les mettre à l'école privée», a-t-il déploré.

Dans cette affaire, la ministre française de l’éducation ne reste pas en retrait. Jeudi 30 avril, Najat Vallaud-Belkacem a déclaré : «aucune élève ne peut être exclue en fonction de la longueur ou de la couleur de sa jupe», dans une interview accordée à la radio RTL.

En 2004 la France a adopté une loi sur la laïcité qui a introduit l’article L 141-5-1 dans le code de l’éduction qui dit : «Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou de tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. Le règlement intérieur rappelle que la mise en œuvre d'une procédure disciplinaire est précédée d'un dialogue avec l'élève».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales