La veille de son voyage en Israël, Jean-Marc Ayrault passera par la case CRIF

Le président du Conseil Représentatif des Institutions juives de France, Roger Cukierman© Michel Euler Source: Reuters
Le président du Conseil Représentatif des Institutions juives de France, Roger Cukierman

Alors que le ministre français des Affaires étrangères doit se rendre les 14 et 15 mai en Israël pour discuter du processus de paix, le président du CRIF, Roger Cukierman, le rencontrera le 13 mai. Et il a deux mots à lui dire…

Comme il l’a expliqué à RT France, le président du Conseil représentatif des juifs de France (CRIF) Roger Cukierman est absolument furieux contre l'approbation par la France à la mi-avril d'une résolution de l’UNESCO condamnant l’occupation par Israël de différents sites culturels palestiniens.

«Que la France ait voté une telle résolution est un pur scandale. J’ai écrit au président de la République pour protester. C’est une insulte pour les juifs français comme pour les juifs du monde. Ce n’est pas Israël qui est visé, ce sont les juifs dans leur religion et dans leur croyance et c’est une atteinte à la vérité historique», s’est-il emporté.

Alors que le texte voté par la France affirme que le Mont du Temple et les lieux saints à Hébron et à Bethléem, sous occupation israélienne, font «partie intégrante de la Palestine», le président du CRIF a accusé le quai d’Orsay d’entretenir des «considérations négationnistes».

«C’est un déni de la vérité historique. Dans ce vote, on nie tout lien entre les juifs et Jérusalem, ce qui est inouï, comme si Jésus avait chassé du temple, non pas les juifs, mais les bouddhistes ou les musulmans !», a assuré Roger Cukierman.

Au lendemain de sa rencontre avec le CRIF, prévue le 13 mai, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, s’envolera pour Tel Aviv et les territoires palestiniens. Il s’agit notamment pour le chef de la diplomatie française d’entamer des discussions en vue d’un sommet sur le processus de paix au Moyen-Orient qui se tiendra à Paris le 30 mai en présence d’une vingtaine de délégations étrangères.

Semaine chargée au CRIF, qui a également reçu Bernard Cazeneuve le 9 mai

Si le président du CRIF a déploré que «le vote à l’Unesco montre que le Quai d’Orsay ne nous écoute pas du tout», il s’est en revanche félicité de sa rencontre avec le ministre de l’Intérieur français qui avait lieu le 9 mai.

Assurant qu’il n’y avait «aucune anomalie à ce que nous invitions un personnage aussi important que le ministre de l’Intérieur», il s’est réjoui de l’annonce de Bernard Cazeneuve, qui a fait état d’une baisse de 80% des actes antisémites au premier trimestre 2016, par rapport au premier trimestre 2015. Le ministre a également évoqué une diminution du nombre de départs de juifs français vers Israël. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales