Paris : bras de fer entre les CRS et des militants s'opposant à l'évacuation du lycée Jean-Jaurès

© compte Twitter @SylvainTronchet

L'évacuation du lycée Jean-Jaurès, occupé par des migrants, a eu lieu à Paris. Les CRS n’y sont pas les bienvenus : près de 200 manifestants étaient venus passer la nuit devant l'établissement pour empêcher l’intervention de la police.

Tôt le matin du 4 mai, les CRS ont recouru à l’utilisation de gaz lacrymogènes pour disperser les nombreux manifestants qui avaient formé une chaîne humaine afin de bloquer l'accès du lycée Jean-Jaurès, dans le XIXe arrondissement de Paris.

Pour des raisons de sécurité les CRS ont fermé la rue Clavel où se trouve une des entrées de l'établissement. Une centaine de manifestants y restaient bloqués, selon le correspondant de France Bleu sur place, Sylvain Tronchet. La station de métro Pyrénées, proche des lieux des heurts, a été aussi fermée.

L'évacuation des migrants du lycée Jean-Jaurès a débuté sous les huées des militants venus les soutenir, scandant «Solidarité avec les réfugiés».

Selon des témoins sur place, trois bus remplis de migrants ont quitter le lycée Jean-Jaurès sous les cris des manifestants.

La justice avait ordonné l’évacuation du lycée le 29 avril, alors qu'environ 250  migrants l'occupaient depuis le 21 avril. Des collectifs de soutien aux migrants demandent l'organisation d'une réunion de négociation entre une délégation de réfugiés et les autorités.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales