Le procureur de la République saisi suite aux propos tenus lors du banquet de Rivarol

© Capture d'écran Le Petit Journal

Jean-Marie Le Pen était l’invité d’honneur du banquet du journal Rivarol qui s’est tenu le 12 avril à Paris. Après que de nombreux propos racistes et antisémites ont été rapportés au cours de l’événement, le procureur de la République a été saisi.

L’hebdomadaire Rivarol, publication proche de l’extrême-droite, célébrait ses 65 ans d’activité au Novotel de la porte de Bagnolet à Paris, le 12 avril. Plusieurs personnalités de cette mouvance étaient présentes aux côtés de Jean-Marie Le Pen qui présidait le banquet.

Robert Faurisson, condamné en 2015 pour propos antisémites et négationnistes, était lui aussi présent à cet anniversaire. Lors de son allocution devant les invités, l'homme de 87 ans a une nouvelle fois nié l’existence de la Shoah.

Des images de l’événement diffusées sur Canal+ par Le Petit Journal ont permis de diffuser des bribes de discours.

«Et Auschwitz, excusez-moi, c’est un éclat de rire […]. Tous, vous avez entendu parler de la solution finale, de la question juive, si je vous disais que cela n’a jamais existé, que la formule intégrale n’était pas du tout celle-là», a colporté Robert Faurisson.

Après la diffusion de ces images, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a saisi le parquet de Bobigny pour que Robert Faurisson soit poursuivi en justice. Cette décision a été appuyée par Gilles Clarvreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Or, Robert Faurisson n’a pas été le seul à tenir de tels propos lors du banquet. Henry De Lesquen, qui souhaite se présenter à l’élection présidentielle de 2017, alors qu'il est poursuivi par la Licra, a déclaré devant les caméras du Petit Journal qu’il n'était pas «un admirateur d’Adolf Hitler» mais que «les gens qui veulent dire qu’ils admirent Hitler doivent être libres de le faire».

Le patron de Rivarol, Jérôme Bourbon, a quant à lui déjà été condamné à plusieurs reprises pour des articles négationnistes et sera jugé en septembre 2016 pour avoir posté des messages antisémites sur son compte Twitter. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales