Pas-de-Calais : vingt migrants découverts lundi matin dans le chargement de trois poids-lourds

- Avec AFP

Source: AFP

Vingt migrants érythréens et afghans, dont sept mineurs, ont été retrouvés, tous sains et saufs excepté un qui a dû être hospitalisé, dans trois camions différents lundi matin à Saint-Omer et Calais (Pas-de-Calais), selon la préfecture.

Huit migrants, qui «seraient partis de Calais ce matin pour rejoindre l'Angleterre», ont été découverts «en bonne santé» dans un poids-lourd frigorifique d'une entreprise de commerce alimentaire à Saint-Omer, à trois-quart d'heure de Calais. Parmi eux figuraient sept mineurs, tous âgés de plus de 15 ans, qui ont été «confiés à France Terre d'Asile pour leur accueil au sein du foyer pour jeunes réfugiés» de la ville, a ajouté cette source.

Un peu plus tard dans la matinée, et dans le même secteur, d'autres policiers ont été appelés par un chauffeur d'un camion frigorifique en provenance de Calais qui avait découvert six migrants érythréens, tous majeurs, dans son chargement. «A l'issue de l'intervention des services de police, ces six migrants ont été laissés libres», a affirmé la préfecture.

«Ces six migrants ont été laissés libres»

Enfin, vers 8 heures, six migrants, de nationalité afghane et tous majeurs, ont été localisés à hauteur de la zone des contrôles de poids-lourds sur le port de Calais.

L'un d'eux avait la jambe coincée sous une partie du chargement, constitué de blocs moteurs, peut-être par suite d'un déplacement de la cargaison lors du transport. Il a fallu deux heures et demi pour dégager la victime, qui souffrirait d'une entorse au genou et qui a été transportée au centre hospitalier de Calais. Les cinq autres migrants ont été interpellés et étaient entendus à la mi-journée par la police.

Samedi, treize Iraniens, dont trois mineurs, avaient également été retrouvés sains et saufs dans un camion frigorifique, cette fois sur une aire de l'autoroute A26, dans l'Aisne.

La veille, ce sont deux autres migrants cachés dans un camion, une Afghane de 38 ans et son fils de 22 ans, qui avaient été secourus par des gendarmes à Croix-en-Ternois (Pas-de-Calais).

Lire aussi : Grèce: au moins «260 migrants blessés» à Idomeni après l'usage de gaz lacrymogènes (PHOTOS, VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales