«Nuit debout» : la police a évacué les manifestants installés place de la République

- Avec AFP

© Capture d'écran tweet

Les manifestants qui depuis onze jours se retrouvaient pour des «Nuits debout» pour contester, entre autres, la loi travail ont été évacués lundi matin de la place de la République à Paris.

L'évacuation par la police de la centaine de personnes encore sur place a débuté vers 05H30 et s'est déroulée sans incident, a-t-on ajouté. Les sources n'ont pas précisé à ce stade si cette évacuation signifiait que le mouvement «Nuit debout» ne sera plus autorisé à s'installer sur cette place emblématique dans les prochains jours.

Le site France Info rapporte qu'un militant du NPA, le Nouveau parti anticapitaliste, a dormi place de la République. Il dit avoir «été réveillé par les sirènes des mégaphones des CRS. De toute façon, je dois aller au travail. Mais ce soir, je reviendrai, nous reviendrons»,a-t-il assuré. 

Chaque nuit, depuis la journée de mobilisation du 31 mars contre le projet de réforme contestée du code du travail, des manifestants, souvent par milliers, se retrouvent à République dans le cadre de ce mouvement citoyen qui dépasse largement l'opposition à la loi El Khomri.

La vaste esplanade draine une foule bigarrée, dont de nombreux jeunes, dans une ambiance de kermesse et de forum altermondialiste, entre stands, réunions de commissions et «assemblées générales». Le mouvement s'est depuis étendu à plusieurs dizaines de villes de province, avec plus ou moins d'affluence.

Des incidents ont toutefois émaillé la «Nuit debout» de Paris dans la nuit de samedi et dimanche, lorsque quelques centaines de personnes ont voulu se rendre au domicile du Premier ministre Manuel Valls, dans l'est parisien. Huit personnes ont été interpellées et des dégradations ont été déplorées par les autorités.

Lire aussi : Nuit Debout» : la France, nouvelle Mecque de l'indignation ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales