Des attentats contre des églises déjoués par hasard à Paris

La police © Charles Platiau
La police

Un homme soupçonné de préparer un attentat contre des églises a été arrêté à Paris, a signalé le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Un Algérien de 23 ans, identifié comme «islamiste radical», était en possession d’armes.

«Notre pays, comme d'autres encore ces dernières semaines, fait face à une menace terroriste sans équivalent dans le passé par sa nature et son ampleur», a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve après l’arrestation du jeune homme.

L’homme interpellé était connu des forces de l’ordre depuis 2014, quand il a attiré l’attention des services de renseignement à cause de ses «velléités de départ en Syrie» afin d'y rejoindre Daesh, a précisé Bernard Cazeneuve. Mais la police française n’a pas perçu les signes avant-coureurs de la préparation d’un attentat. Ce denier n’a été déjoué que par hasard.

Le suspect qui s’appelle Sid Ahmed Ghlam a appelé à la police peu après 9 heures (heure locale) dimanche 19 avril, se disant gravement blessé au pied. Les enquêteurs, arrivés à son domicile, ont trouvé des traces de sang qui menaient à une voiture garée non loin et ont découvert un «arsenal composé notamment de plusieurs armes de guerre, d'armes de poing, de munitions, de gilets pare-balle, de matériels informatique et de téléphonie», ont fait savoir les autorités françaises.

La police a perquisitionné son domicile et interpellé son entourage et sa famille, dont certains membres sont acquis à la cause de l'islam radical. L'homme a été placé en garde à vue. Selon certaines informations, il aurait pu se blesser lui-même.

C’est dans ces circonstances que la police française a pu déjouer l’attentat. La myopie de la police aurait pu coûter la vie à plusieurs dizaines de Parisiens alors que les autorités françaises parlent de «mobilisation permanente face à une menace terroriste sans équivalent».

«La mobilisation est permanente, c'est celle aussi qui permet régulièrement l'arrestation, l'interpellation d'individus qui veulent se rendre en Syrie ou en Irak», a declaré le premier ministre.

«Notre seul but, c'est de protéger les Français, les terroristes ciblent la France pour nous diviser», a, de son côté, fait remarquer le Premier ministre français Manuel Valls. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales