Le ministère de l’Intérieur diffusait la mauvaise photo de Reda Kriket depuis janvier 2016

La photo de Reda Kriket, arrêté le 24 mars à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine, a fait la Une de tous les journaux français depuis janvier 2016. Or la photo transmise par le ministère de l’Intérieur à la presse n’était pas la bonne !

Le 24 mars, deux jours après les attentats de Bruxelles, la police française a arrêté Reda Kriket, 34 ans, prétendant ainsi avoir déjoué un attentat décrit comme «imminent».

Lire aussi : L'arrestation de Reda Kriket a permis d'éviter un attentat imminent

Depuis son arrestation, deux photos du présumé terroriste ont circulé dans la presse. Rien d’étonnant, si les deux photos avaient été celles du même homme.

Dans l’émission du 31 mars, l'équipe du Petit Journal a révélé l’erreur improbable commise par le ministère de l’Intérieur qui depuis janvier 2016 utilisait la photo d’un innocent dans une circulaire de recherche diffusée vers les services de police français. L’individu est alors présenté comme «dangereux» et «susceptible de se déplacer avec une arme».

Ce n'est pas la bonne photo de Reda Kriket

C'est la bonne photo de Reda Kriket !

Mais qui est l’homme de la photo en couleur ?

D’après un journaliste du Petit Journal, l’individu vivrait dans le même quartier que Reda Kriket, et figurerait bien dans les fichiers de police. Cependant, il n’aurait rien à voir avec la filière djihadiste. L’utilisation de sa photo serait en réalité une confusion entre les fiches utilisées par les services de police et de sécurité français, rapporte les médias français.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales