Condamné pour avoir envoyé un émoticône en forme de pistolet à son ex-copine

Un tribunal de la Drôme a jugé que l’émoticône-pistolet constituait une menace de mort. Un jeune homme de 22 ans a été condamné à trois mois ferme et 1 000 euros de dommages et intérêts pour avoir envoyé cet emoji à son ex-petite amie.

Attention, emoji dangereux ! Ces smileys de toutes formes et tous symboles sont très utilisés par SMS et sur les réseaux sociaux. A la suite d’une rupture amoureuse, le jeune homme continuait d’envoyer de nombreux messages à son ex-copine, mineure. L'un des messages contenait justement le fameux emoji pistolet.

La jeune fille en question, a expliqué subir un harcèlement continuel. Elle ajoute qu'elle avait peur de se rendre en ville seule, qu'elle était victime de cauchemars violents. De son côté, l'avocat du jeune homme a essayé de minimiser le menace et l'impact psychologique d'un émoticône. 

Mais le tribunal a retenu que l’émoticône utilisé était une «menace matérialisée par une image». Selon le Dauphine Libéré, ce jugement pourrait faire date. La peine maximale pour une menace de mort est de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende explique le quotidien.

Lire aussi : 2015 : un émoticône pour Angela Merkel, un matelas pour Kim Jong Un, des soldats américains en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales