Après les attentats, Michel Sapin pointe du doigt la «naiveté» des Belges face au communautarisme

Source: Reuters

Au lendemain des attaques de Bruxelles qui ont entraîné la mort de 31 personnes, Michel Sapin a épinglé la Belgique dans sa gestion de la menace djihadiste sur son territoire, fustigeant la naïveté des autorités face au communautarisme.

«Je pense qu’il y a eu une volonté ou une absence de volonté de la part de certains responsables politiques, peut-être par envie de bien faire, peut-être par sentiment que, pour permettre une meilleure intégration, il faut laisser des communautés se développer, peut-être aussi une forme de naïveté.» Invité de LCI, le ministre des Finances n'a pas mâché ses mots, et s'est attiré les foudres de nombreux internautes sur Twitter.

La twittosphère a vivement critiqué, souvent sur le ton du sarcasme, le fait que Michel Sapin ait déploré «le manque de volonté» des autorités belges face à la menace rampante du communautarisme, qui gangrène certains quartiers de la capitale belge, - le plus célèbre d’entre eux, Molenbeek, considéré comme une plaque tournante du djihadisme en Europe - et a invité le ministre à balayer devant sa porte. 

Ses propos ont été appuyés par le Premier ministre, qui, au micro d'Europe 1, a surenchéri tout en mettant la France dans le même panier. «On a fermé les yeux, mais partout en Europe et aussi en France, sur la progression des idées extrémistes du salafisme, des quartiers qui à travers ce mélange de trafics de drogues et d'islamisme radical ont perverti une partie de la jeunesse», a-t-il estimé. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales