Vers une remise en cause de nos valeurs en cas de troisième attentat ?

Source: Reuters

Selon un sondage commandé à l'institut Ifop par le site Atlantico, près de 70% des Français seraient prêts à remettre en cause les valeurs et le mode de fonctionnement de la société française si un 3e attentat devait se produire.

Alors que 88% des Français estiment probable, voire certain, la possibilité d'un nouvel attentat important sur le territoire national dans les mois à venir, il s'agirait alors pour la population de la «goutte d'eau susceptible de faire déborder le vase», après celui du Bataclan, analyse le directeur du département opinion publique à l’IFOP, Jérôme Fourquet.

Sur les 70% de Français prêts à remettre en cause leurs valeur et leur mode de fonctionnement, on trouve 55% de sympathisants de gauche, 84% des sympathisants républicains et 88% de ceux Front national. Cette volonté relève d'une inquiétude manifeste face à la menace d'une troisième vague d'attentats en France après celles de janvier et de novembre 2015. Elle s'explique, selon Jérôme Fourquet, par les alertes répétées lancées par le gouvernement à ce sujet, par le nombre de personnes radicalisées, ainsi que par la «très grande porosité des frontières européennes» qui «contribue à ce climat et à la réception du message par la population».

Capture d'écran
Capture d'écran

Un risque majeur pour les libertés

Le directeur du département opinion publique à l’IFOP rappelle que quelques jours après les attentats de novembre 2015, trois-quarts de la population étaient déjà favorables à ce que les gens concernés par les fiches S soient internés préventivement. Cela montre un risque majeur pour les libertés car les présomptions qui visent «ces gens-là existent mais ne sont pas suffisantes», explique-t-il. Ce sondage a été effectué auprès d'un panel représentatif de près de 1 000 Français.

Preuve que le risque d'attentats est bien réel : le 11 mars, deux adolescentes mineures soupçonnées de vouloir commettre un attentat contre une salle de spectacle à Paris ont été déférées devant un juge d'instruction.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales