El Khomri tente de rassurer les Français en répondant à la pétition contre la loi Travail

La ministre Myriam El Khomri tente de calmer les opposants à son projet de réforme© Dominique Faget Source: AFP
La ministre Myriam El Khomri tente de calmer les opposants à son projet de réforme

Face à près de 600 000 signataires d'une pétition contre son intention de réformer le code du travail, la ministre a fait publier une réponse où elle essaye, tant bien que mal, de tacler l'impopularité du projet.

«L'avant-projet de loi "Travail" suscite un intense débat démocratique. Vu l'enjeu et l'ampleur de la réforme c'est normal et c'est salutaire !», commence Myriam El Khomri, avant d’affirmer que «si certaines affirmations de cette pétition sont vraies, de nombreuses autres sont fausses et beaucoup sont incomplètes».

Dans sa réponse, la ministre du Travail distingue trois objectifs du projet de loi. Tout d’abord, il s’agirait de permettre aux entreprises françaises de «s'adapter face à la concurrence en donnant plus de pouvoir à la négociation collective», tout en cherchant la «souplesse dans l'organisation et le temps de travail». Deuxièmement, un autre point consisterait à «donner aux salariés de nouveaux droits», comme par exemple l’«égalité entre les femmes et les hommes, [le] refus des discriminations, [la] protection de la santé au travail». Enfin, le projet de réforme viserait à «mettre tout en œuvre pour favoriser les embauches» en offrant par exemple un «univers juridique plus clair concernant le contentieux du licenciement».

Plus globalement, «cette loi permettra à notre pays de se doter d'une véritable culture du compromis au plus près des salariés et des employeurs, qui ira dans le sens du progrès social et de la compétitivité de notre économie et permettra de gagner la bataille de l'emploi», conclut Myriam El Khomri.

Dans la pétition lancée contre le projet de loi sur le site change.org, les opposants à la loi Travail mettaient en avant certains de ses aspects négatifs, comme le fait qu’«en cas de licenciement illégal, l’indemnité prud’homale est plafonnée à 15 mois de salaire» ou encore qu’«une entreprise peut, par accord, baisser les salaires et changer le temps de travail». Ce matin du vendredi 26 février, la pétition enregistrait plus de 593 500 soutiens.

Aller plus loin : Projet de loi El Khomri : Scénario catastrophe pour les acquis sociaux de ces cent dernières années

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales