Sur Twitter, un compte veut justifier la loi Travail... Et fait face à des internautes remontés !

© Capture d'écran Twitter

Énième tentative de pédagogie du gouvernement ? Quoiqu'il en soit, un profil apparu jeudi sur le web propose : «Bonjour Twitter, je suis le projet de #LoiTravail. On parle beaucoup de moi mais on se connaît mal. Et si on faisait connaissance ?»

Le compte de promotion du projet de loi, dont on ignore pour l'instant le créateur, renvoie cependant à une page du site officiel du ministère français du Travail. Parmi ses abonnés, on retrouve également les hautes sphères de l'Etat français, dont le président François Hollande, ou encore le Premier ministre Manuel Valls.

Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que les internautes n'ont pas réservé un accueil très chaleureux à la proposition, alors qu'une vague de mobilisation contre le projet de la ministre Myriam El Khomri a déferlé sur le net ces derniers jours.

Les internautes se montrent taquins

Il est dès lors peu étonnant que cette nouvelle initiative soit mal passée auprès des internautes, et ait principalement récolté des moqueries.

Des internautes ont répondu sur un ton sec, dénonçant le ton condescendant du profil. D'autres ont tourné en dérision l'initiative estimant qu'elle est d'avance vouée à l'échec.

Les Twittos se sont aussi montrés particulièrement créatifs en matière de détournements, afin de symboliser les réactions hostiles à la proposition du profil Loi Travail à «faire connaissance».

Un projet de loi contesté

Ces derniers jours, plusieurs initiatives citoyennes ont éclos sur le net pour se lever contre le projet de la ministre du Travail Myriam El Khomri. Une pétition contre la réforme du code du travail a d'ailleurs atteint plus de 500 000 signatures, ce qui en ferait la plus signée de l'histoire de la version française du site Change.org.

En savoir plus : La pétition contre la loi El Khomri dépasse les 200 000 signatures en quatre jours

Sur Youtube, différents vidéastes ont eux décidé de se regrouper autour du hashtag #OnVautMieuxQueCa, proposant aux internautes de partager, sur le réseau social Twitter, leurs expériences humiliantes ou négatives vécues au boulot, afin de dénoncer la situation de l’emploi en France.

«Nous avons décidé de nous retrouver, d'en parler et de vous proposer de nous rejoindre pour montrer à ceux qui prétendent nous gouverner que, nous tous, #OnVautMieuxQueCa» ont ainsi expliqué les youtubeurs, dénonçant le «projet abject et absurde de réforme du code du travail».

Certains politiques ont d’ailleurs apporté leur soutien au mouvement, qui a généré des dizaines de milliers de tweets. C'est notamment le cas de Jean-Luc Mélenchon, du Front de Gauche.

Plus tôt dans la semaine, la description de Youtube dans Google avait été remplacée par un texte dénonçant le plan du gouvernement.

Si nous ne nous levons pas contre cette réforme du droit du travail, nous sommes un peuple de sadomasos, sachez-le

pouvait-on lire à l’endroit où est habituellement affiché le descriptif du site de vidéos. Si Google avait assuré qu’il ne s’agissait que d’un bug informatique, le comédien Bonjour Tristesse, qui apparaît dans la vidéo #OnVautMieuxQueCa, avait revendiqué l’action.

Controverse autour de certaines mesures du projet de loi

Plusieurs point du projet de réforme ont été soulignés par ses opposants, comme par exemple le fait que l'indemnité en cas de licenciement illégal soit plafonnée à 15 mois de salaire maximum. 

«Une entreprise peut faire un plan social sans avoir de difficultés économiques», dénonce également la pétition, qui met par ailleurs l'accent sur le fait que les heures supplémentaires seront moins majorées, que les heures de repos seront reconsidérées et que le temps de travail maximal par jour sera revu à la hausse.

Plus globalement, les opposants dénoncent un amoindrissement de la protection sociale pour les travailleurs en France.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales