Démantèlement d'une partie de la «jungle» de Calais: pas de décision mardi

Un nuage au dessus de la Jungle de Calais le 15 février 2016 Source: Reuters
Un nuage au dessus de la Jungle de Calais le 15 février 2016

L'ultimatum fixé par les autorités pour l'évacuation d'une partie du camp de la "jungle" à Calais n'expirera pas mardi à 20H00, la décision du tribunal administatif n'étant pas rendue avant mercredi ou jeudi, a-t-on appris auprès du tribunal.

«Ce ne sera pas aujourd'hui», a indiqué le tribunal, alors qu'une audience de cette instance examine mardi à 14H00 en référé la suspension de l'évacuation de la moitié sud de la «jungle».

Le référé a été déposé par 250 migrants et dix associations, selon leur avocate, qui en réclament la suspension. Le tribunal n'avait jamais dit que le juge statuerait immédiatement après la fin de l'audience. Selon une autre source, proche du dossier, la décision, qui sera suspensive, pourrait être rendue mercredi, voire jeudi.

Ce délai ne constitue pas une surprise

Ce délai ne constitue pas une surprise, compte tenu du temps de rédaction de l'ordonnance de référé que doit rendre le juge, en l'occurrence la vice-présidente du tribunal Valérie Quemener.

Elle s'est rendue dans la matinée dans le camp de la «jungle», où vivent 3 700 personnes selon le dernier décompte de la préfecture du Pas-de-Calais, afin de prendre la mesure de la situation.

Vendredi, la préfecture du Pas-de-Calais, invoquant «l'urgence», avait pris un arrêté d'expulsion d'office des occupants de la partie sud du camp, dite de la Lande, soit environ la moitié de sa superficie. Les migrants n'ont pas commencé à quitter les lieux, d'autant que les associations qui leur viennent en aide sont hostiles à l'évacuation.

«Nous respecterons les décisions de justice en tout état de cause. L'objectif reste le même : mettre à l'abri l'ensemble des migrants qui vivent dehors», indique-t-on à la préfecture du Pas-de-Calais.

Lire aussi : Calais : Près de 1 000 migrants sommés de quitter le secteur sud de la Jungle

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales