Marine Le Pen candidate : retour sur un parcours singulier qui se conjugue au féminin

Marine Le Pen vient de se déclarer officiellement candidate à l'élection présidentielle. Source: Reuters
Marine Le Pen vient de se déclarer officiellement candidate à l'élection présidentielle.

Invitée du journal télévisé de TF1 le 8 février, Marine Le Pen a officialisé sa candidature à l’élection présidentielle de 2017. L’occasion de revenir sur un itinéraire hors du commun.

«Je suis candidate à l'élection présidentielle de 2017. Oui, oui je serai candidate à l'élection présidentielle». Elle l’a martelé. Pourtant, c’était un secret de polichinelle. Bien évidemment, la présidente du Front national (FN) briguera la fonction suprême. Ce n’est qu’une étape supplémentaire dans un parcours qui l’a conduite de sa position de «fille de», à celle de première membre du Front national à pouvoir, sérieusement, envisager la victoire. RT France vous a préparé les dates clés de l’histoire politique de Marine Le Pen.

Son cheminement avec le FN

#1986

Cette année-là, Marine n’a que 18 ans. Portant sur ses épaules le poids du nom de son père, elle adhère au parti. A l’école, elle est raillée. Etre la fille de Jean-Marie n’est pas facile. Deux ans auparavant, Harlem Désir et Julien Dray avaient créé SOS Racisme et si les Bérurier Noir n’«emmerderont le Front national» que quelques années plus tard, elle fait face aux invectives. Une période qui forge son caractère. Elle en parlera comme d’un temps où elle a «fabriqué un véritable ciment familial».

Marine Le Pen en 1995.© Capture d'écran du site : www.lexpress.fr
Marine Le Pen en 1995.

#2002

Nous sommes au soir du second tour de l’élection présidentielle. Un véritable séisme politique. Le favori, Lionel Jospin, vient d’être éjecté. Le président sortant, Jacques Chirac, affrontera Jean-Marie Le Pen quelques jours plus tard. Du côté du FN, c’est le branle-bas de combat. Alain Vizier, le directeur de la communication, s’occupe d’envoyer les figures du parti sur les plateaux de télévision. L’une d’elles se désiste au dernier moment. Une occasion en or pour Marine. Elle effectue le remplacement et se signale sur France 3. Le début d’une histoire d’amour vache entre la future présidente du FN et les médias. Si les relations ne sont pas toujours au beau fixe, elle n’a plus à se plaindre d’un boycott médiatique comme son père avant elle. Ce qui fera dire à l’ex-frontiste Carl Lang : «Il s'est produit quelque chose d'extraordinaire. On est passé du champ de mines médiatiques avec Jean-Marie Le Pen au tapis rouge avec Marine Le Pen. Pour elle, c'est open-bar».

#2011

Le 12 avril 2010, la foudre frappe au Front national. Le patriarche annonce qu’il quittera la présidence du parti au prochain congrès. Commence une lutte que l’on pourrait qualifier de familiale. D’un côté, Bruno Gollnisch, le fidèle du père. De l’autre, la propre fille du fondateur. Malgré une campagne hostile des médias favorables au FN, Marine Le Pen s’impose lors du congrès de Tours des 15 et 16 janvier 2011. Elle se voit couronnée reine avec 67,65% des voix. Elle est désormais à la tête d’un parti frontiste en quête de renouveau après l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy.

Auteur: Ina Politique

Ses triomphes

#2012

Nous sommes le 5 mars 2011. A peine quelques semaines après avoir été élue présidente du Front national, Marine Le Pen provoque l’émoi de la classe politique. Un sondage Harris Interactive la crédite de 23% des intentions de vote pour la prochaine présidentielle. Nicolas Sarkozy et Martine Aubry, favoris à l’époque dans leurs camps respectifs, plafonnaient à 21%. C’est un tremblement de terre. Pour la première fois dans l’histoire de la cinquième République, une candidate étiquetée à l’extrême droite est en pôle position pour remporter le premier tour de l’élection suprême. La politique étant ce qu’elle est, les pronostics sont défaits. Martine Aubry devra laisser sa place à François Hollande et le président sortant sera battu, par lui, au second tour. Pourtant, difficile de ne pas voir un succès dans la performance de Marine Le Pen. Avec 17,9% des voix, elle termine troisième du premier tour, battant le record de voix de son père en 2002 et écrasant son rival à la gauche de la gauche, Jean-Luc Mélenchon.

#2014

Le Front national premier parti de France. Un rêve pour Jean-Marie que sa fille a fait devenir réalité. Au soir du 25 mai 2014, une tempête bleu marine souffle sur la France. Avec 24,86% des voix lors des élections européennes, le parti frontiste et le parti français qui envoie la plus importante délégation de représentants à Bruxelles : 24 élus. Pour sa part, candidate dans le Nord-Ouest, Marine Le Pen obtient 33,61% des suffrages. Un triomphe.

Auteur: NationsPresse

#2015

C’est peut-être le tremblement de terre politique le plus important depuis les résultats du premier tour de l’élection présidentielle en 2002. Le 6 décembre, les scores de la première manche des élections régionales tombent. Marine Le Pen récolte 40,6% des voix devant son rival, le républicain Xavier Bertrand. Sa nièce faire encore mieux. Marion Maréchal Le Pen atomise le maire de Nice, Christian Estrosi avec 45,2% des voix. Le dimanche suivant, c’est la déception dans les rangs du Front national. A l’appel du Parti socialiste, les électeurs de gauche se sont majoritairement reportés sur les candidats de la droite libérale. Le FN ne remporte aucune région. Mais pourquoi est-ce un triomphe ? Parce qu’au soir du deuxième tour, le parti souverainiste a totalisé 6,82 millions de voix. C’est davantage que lors du premier tour de la présidentielle en 2012 (6,42 milliions), le tout, avec une participation bien plus faible.

Auteur: fnofficiel

Ses coups d’éclat

Hollande «vice-chancelier»

L’une des priorités du Front national, c’est le retour à la souveraineté. En tout cas, c’est ce que le parti clame. En octobre dernier, Marine Le Pen a fait grand bruit. Alors que François Hollande se tenait à côté de la chancelière Angela Merkel au Parlement européen, la présidente du parti souverainiste a invectivé le locataire de l’Elysée. Elle l’a traité de «vice-chancelier administrateur de la province France», critiquant ainsi ce qu’elle considère comme la main-mise de Berlin sur la politique européenne et l’Hexagone.

Auteur: fnofficiel

«BHL est parti avec sa chemise et par conséquent, la Libye, ça n’intéresse plus personne»

Interrogée en avril 2012 lors de l’émission Des paroles et des actes sur sa préférence pour une résolution diplomatique du conflit syrien, Marine Le Pen a fait référence au précédent libyen. La présidente du Front national s’en était pris à Bernard Henri-Lévy et a qualifié l’intervention française d’erreur majeure : «Nous avons mis au pouvoir des djihadistes.»

Auteur: FRANCduCOLLIER2012

«Alexis Tsipras a choisi l’euro et a trahi ses engagements de campagne»

Lors d’une intervention réalisée au Parlement européen en février 2015, Marine Le Pen a attaqué une nouvelle fois la politique européenne et l’euro. Ciblant ses invectives sur les décisions du Premier ministre grec, Alexis Tsipras, elle les a qualifiées de «capitulation totale devant le chantage de l’Union européenne et de l’Allemagne».

Auteur: fnofficiel

Ses bourdes

A La Réunion, en 2012

En pleine campagne présidentielle, la candidate Marine Le Pen se rend sur l’île de La Réunion. Accueillie sous les huées d’opposants de gauche, elle fait part d’une explication… pour le moins surprenante : «Ils doivent en être à trois bouteilles de rhum et 800 pétards, ce qui évidemment n'aide pas à la sérénité».

Auteur: Loïc Gazar

Après la libération des otages d’Arlit en 2013

Nous sommes en 2013. La France accueille ses cinq ex-otages de retour de l’enfer. Capturés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) en 2010, ils viennent de toucher à nouveau le sol français. Devant leurs barbes et leur calme apparent, Marine Le Pen lâche ceci : «Ces images m'ont laissée dubitative, je vous le dis très sincèrement. J'ai trouvé cette extrême réserve étonnante, j'ai trouvé leur habillement étonnant, j'ai ressenti un malaise en voyant ces images, je pense que je n’ai pas été la seule, voilà.» De quoi lui attirer les moqueries des internautes qui ont comparé ses déclarations à un scénario de la série télévisée Homeland.

Auteur: Vrai Patriote Anti-Néofascistes

En campagne dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie en 2015

Alors qu’elle lutte pour conquérir la nouvelle région du Nord, Marine Le Pen se laisse aller à une justification douteuse pour faire fi de l’immigration : «Les hôpitaux font face à la présence alarmante de maladies contagieuses non européennes, liées à l'afflux migratoire. Nous refusons cette mise en danger de la santé de nos compatriotes.» Une saillie qui aura déchaîné les réseaux sociaux.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales