Essai clinique mortel à Rennes : malgré une hospitalisation, le laboratoire a poursuivi le test

La gestion du laboratoire a été mise en cause par la ministre.© Stephane Mahe Source: Reuters
La gestion du laboratoire a été mise en cause par la ministre.

Ayant pris connaissance d'un nouveau rapport sur l'incident pharmaceutique qui a coûté la vie à une personne en janvier, la ministre de la Santé Marisol Touraine a évoqué «trois manquements majeurs» du laboratoire Biotrial, en charge du test.

Si la ministre a pointé du doigt la responsabilité du laboratoire français, elle n'a toutefois pas estimé que ces erreurs justifiaient «la suspension à titre conservatoire de l'autorisation de conduire les essais accordée au laboratoire Biotrial». 

Les «manquements» mis en lumière par le nouveau rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) concernent «la conduite de l’étude et (…) la gestion de la crise» a expliqué la ministre, en conférence de presse. En effet, les enquêteurs ont constaté «que le laboratoire ne s'est pas tenu suffisamment informé de l'état de santé du premier volontaire hospitalisé».

Biotrial a ainsi administré la molécule, qui s'est avérée fatale, à d’autres volontaires le 11 janvier, alors même qu’un volontaire de l'essai avait été hospitalisé la veille.

Le laboratoire aurait par ailleurs tardé à signaler l'incident aux autorités, révèle l'Igas.

Malgré les conclusions de l'enquête, révélées dans un rapport préliminaire soumis à la ministre, cette dernière a précisé que les «causes exactes» de l’accident n’avaient toujours pas été identifiées par les enquêteurs.

Aller plus loin : Bernard Debré : «on ne peut prévoir à l'avance les éventuelles conséquences d'essais thérapeutiques»

L’essai mené par Biotrial à Rennes en janvier, a conduit au décès d’un volontaire d’une quarantaine d’années et à cinq hospitalisations, dont quatre pour troubles neurologiques.

Le rapport sera soumis dans son intégralité à Marisol Touraine avant la fin du mois de mars.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales