Béziers : la «milice» de Robert Ménard suspendue par la justice

Le maire de Béziers, Robert Ménard, contredit par la justice© Pascal Guyot Source: AFP
Le maire de Béziers, Robert Ménard, contredit par la justice

Le tribunal administratif de Montpellier a suspendu l’exécution de la décision controversée du maire biterrois, qui envisageait de former une garde de volontaires pour patrouiller dans les rues de sa ville.

La préfecture de l’Hérault avait déposé un recours en urgence pour s’assurer de bloquer immédiatement la mise en application de la mesure.

Annoncée le 1 décembre par le maire Robert Ménard, celle-ci visait à former une garde «composée de citoyens volontaires bénévoles chargés d’assurer des gardes statiques devant les bâtiments publics et des déambulations sur la voie publique et devant alerter les forces de l’ordre en cas de troubles à l’ordre public ou de comportements délictueux», a souligné le juge.

Ce dernier a estimé que «la police administrative constitue un service public qui, par sa nature, ne saurait être délégué» et que «le conseil municipal de Béziers ne pouvait, en conséquence, légalement confier à des particuliers les missions de surveillance de la voie publique ou des bâtiments publics».

Si le tribunal interdit donc pour le moment à Robert Ménard de mettre en application la décision prise par sa municipalité, un autre recours de la préfecture demandant l’annulation définitive de cette décision, doit quant à lui encore être examiné.

L’initiative avait été vivement critiquée par l’opposition, qui estimait que le maire de Béziers voulait mettre en place une «milice».

Dans la ville de l’Hérault, des affiches placardées dès décembre proposaient : «Vous êtes ancien policier, ancien gendarme, ancien militaire, ancien pompier, rejoignez la garde biterroise».

Lire aussi : Communauté musulmane de Béziers : «Robert Ménard rejette la France qui existe déjà»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales