Les bulldozers ont commencé à défricher le camp de migrants de Calais (VIDEO)

Les forces de l'ordre sont venues sécuriser le travail des tractopelles © Pascal Rossignol Source: Reuters
Les forces de l'ordre sont venues sécuriser le travail des tractopelles

La végétation et des structures édifiées par les réfugiés ont été rasées dans deux zones de la «jungle» de Calais afin d'y créer des zones de sécurité. L'opération s'est faite dans le calme, les migrants ayant été évacués de cette portion du camp.

Plusieurs tractopelles et bulldozers étaient à l'œuvre en milieu de matinée, le 18 janvier, dans la «jungle» de Calais, à la fois le long de la petite route où habitent les riverains et à proximité immédiate de la rocade portuaire.

Lire aussi : Malgré les intempéries, les migrants de Calais se préparent à être expulsés

Ces engins de chantier rasaient la végétation, aplanissaient le terrain et dégageaient les tentes et abris abandonnés par les migrants, qui se sont repliés dans d'autres secteurs de la «jungle» depuis la fin de semaine dernière ou ont rejoint, pour certains, le nouveau camp de conteneurs en dur inauguré le 11 janvier et prévu pour accueillir 1 500 personnes.

Selon les autorités, ces travaux, qui se sont déroulés sous la surveillance de policiers et de CRS, doivent permettre de sécuriser les abords du camp de la lande. Des migrants y ont assisté de loin.

Ces deux zones de sécurité de 100 m de large doivent permettre aux forces de l'ordre de mieux voir les migrants qui sortent du camp, et donc, d'empêcher les intrusions sur la rocade portuaire, où ces derniers tentent de monter à bord des camions embarquant pour Douvres. Il s'agit aussi de protéger les riverains et les migrants eux-mêmes des risques d'accident, souligne la préfecture.

Selon les sources, entre 500 et 1 200 personnes, sur un total de près de 4 000 individus, vivaient dans cette zone avant d'être contraints à la quitter. Toutes ne l'ont pas encore fait, en particulier dans le secteur de la rocade portuaire, où se trouvent plusieurs commerces réticents à quitter les lieux.

«Ces opérations devraient durer environ une quinzaine de jours», a indiqué la préfecture.

© Pascal Rossignol Source: Reuters

Elle avait annoncé qu'elle donnerait jusqu'à la fin de semaine dernière aux migrants pour quitter le secteur, sans fixer d'ultimatum: «si un mouvement s'enclenche, on attendra quelques jours de plus pour leur faciliter le déménagement», avait affirmé la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio.

Lire aussi : Des résidents de Calais s'opposent aux bulldozers et à l'ultimatum des forces de l'ordre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales