Les réactions politiques au plan d’urgence contre le chômage présenté par François Hollande

- Avec AFP

Les réactions politiques au plan d’urgence contre le chômage présenté par François Hollande© AFP Source: AFP

Le président a explicité ses mesures pour inverser la courbe du chômage d’ici à 2017. Ce plan à plus de deux milliards d’euros prévoit de former 500 000 chômeurs et d’inciter les PME à embaucher.

Parmi les principales disposition du plan d'urgence pour l'emploi de François Hollande, on note une prime immédiate à l'embauche de 2 000 euros par an pour les entreprises de moins de 250 employés qui recrutent, en CDI ou CDD de plus de six mois, un nouveau collaborateur dont la rémunération ne dépasse pas 1,3 fois le SMIC.

On y trouve égalemetn un investissement d’un milliard d’euros pour assurer la formation de 500 000 chômeurs, une augmentation des contrats de professionnalisation, dont le nombre de bénéficiaires devrait passer de 8 000 à 50 000, et la création de 1 000 postes pour développer l’apprentissage.

Un plan qui est loin de faire l’unanimité autant à droite qu’à gauche. A gauche, des voix s'élèvent pour dénoncer un programme trop libéral, alors qu'à droite, on pointe l'inefficacité des mesures prises et la manipulation des chiffres du chômage.

Les frondeurs et l'aile gauche sont vent debout

Benoît Hamon, l’ancien ministre de l’éducation, s’offusque :

Julien Bayou d’Europe-ecologie les Verts fustige le gouvernement :

Christian Paul, député PS frondeur, s’insurge contre la baisse des protections des salariés :

Même réaction pour Laurent Baumel, autre député PS frondeur :

Alexis Corbières du parti de gauche s’énerve :

La droite crie à la tactique électorale

Christian Estrosi, président Les Républicains de la région Paca, écrit dans son communiqué : «Les 500 000 formations annoncées ne sont malheureusement qu’une manière de camoufler l’échec d’une politique gouvernementale qui depuis 2012 a démontré son inefficacité».

Eric Woerth, l'ancien ministre du travail décrit un «mensonge éhonté».

 

Nicolas Dupont-Aignan, de Debout La France, explique que «François Hollande annonce aujourd'hui une nouvelle rustine sur une chambre à air crevée».

Quant au Front national, il s'agit pour eux d'un «énième plan pour l’emploi qui n’est rien d’autre qu’un plan de candidature pour la présidentielle de 2017. Ce plan n’est sur le fond qu’une compilation de mesures déjà annoncées des dizaines de fois depuis des mois, faisant appel aux mêmes vieilles recettes totalement inefficaces des gouvernements UMP et PS».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»