Mantes-la-Jolie : vers des créneaux horaires uniquement dédiés aux femmes à la piscine ?

Un collectif nommé «les Femmes de la Camy» (communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines) a lancé une pétition en ligne pour exiger des horaires aménagés pour les femmes rapporte Le Parisien. Le maire de la ville ne s'est pas encore exprimé.

Les signataires de la pétition exigent du Centre aquatique de la ville, la mise en place d'horaires durant lesquels seules les femmes seraient autorisées. Ces aménagements permettraient à des femmes de pratiquer la natation, entre elles, à une plus grande fréquence. L'initiateur de cette pétition est un père de famille qui affirment sans détour que les «femmes sont actuellement exclues de la piscine, et donc privées du bien être que cela pourrait leur procurer». Aux accusations de communautarisme, ce dernier évoque des raisons liées à la pudeur. «Même si la communauté arabo-musulmane est très majoritaire parmi les signataires, ce n'est pas du communautarisme. Nous vivons dans un territoire où cette communauté est très présente : on n'y peut rien» argumente-t-il. La pétition exige en outre un personnel uniquement féminin lors de ces horaires. 

Lire aussi : Canada, des cours de self-defense pour les femmes musulmanes

Face à cette revendication, le président Camy (communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines) et candidat à la présidence de a nouvelle Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise (GPSO), Paul Martinez, a adressé une fin de non recevoir. « Il n’y a aucune raison objective qu’on accepte, indique-t-il. La piscine a toujours bien fonctionné ainsi et on ne compte pas changer le mode d’accueil.» Une opposition que ne comprennent pas certains. Ils sont déjà plus de 1000 à avoir signer la pétition électronique dont beaucoup de femmes. «Je signe parce que j'aime beaucoup la natation mais le fait que cela soit mixte m'empêche de pratiquer ce sport que j'apprécie tout particulièrement depuis petite», explique une internaute. 

Cette demande d'horaires spécifiques pour les femmes n'est pas un fait inédit. Au cours des années 2000, des demandes similaires ont été formulées notamment par des femmes portant le voile à Trappes, Argenteuil ou encore Beauvais. En 2008 à La Verpillière, en Isère, le maire avait décidé de privatiser pendant deux heures la piscine municipale pour les femmes. La surveillance est assurées par des maîtres-nageurs femmes.

Pour l'heure, cette nouvelle fait déjà grand bruit sur les réseaux sociaux où les réactions d'humour et d'indignation se succèdent depuis la publication de cette information. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales