Bébés congelés à Louchats : l’enquête se poursuit

Louchats© Mehdi Fedouach Source: AFP
Louchats

Les cadavres de cinq bébés ont été retrouvés dans une maison de Louchats en Gironde le 19 mars dernier. L’un d’eux était dans un sac isotherme, les quatre autres dans un congélateur.

Le 19 mars, un homme de 40 ans a appelé la  en déclarant qu’il avait découvert un bébé enfoui dans un sac isotherme dans son pavillon familial à Louchats, un village situé à une cinquantaine de kilomètres au Sud de Bordeaux. Lors de la perquisition, la police a retrouvé quatre autres cadavres de bébés dans un congélateur.

Sa femme de 35 ans a immédiatement été placée dans une unité psychiatrique. Les médecins indiquent qu’elle aurait vraisemblablement accouché deux jours plus tôt. Son mari, qui a été placé en détention, souligne qu’il n’était pas au courant des cinq grossesses. Le couple a par ailleurs deux filles adolescentes qui seront, elles aussi, auditionnées.

Le procureur de la République adjoint de Bordeaux, Anne Kayanakis, a déclaré qu’une autopsie devrait permettre de connaître les causes de la mort d’un nouveau-né retrouvé dans le sac isotherme, vraisemblablement né 48 heures plus tôt.

«L'autopsie fait état d'un nouveau-né de sexe masculin qui était viable, mais des investigations complémentaires sont nécessaires pour déterminer s'il était vivant, s'il a respiré après l'accouchement», a-t-elle dit.

Louchats© Google Maps
Louchats

Selon certaines informations, la femme aurait caché sa grossesse à ses proches.

Le maire de Louchats, Philippe Carreyre, s’est refusé à commenter cette affaire. «Ce sont des gens sans histoire, c'est pour ça que nous sommes très choqués. Ce sont des gens comme tout le monde», a expliqué le maire de cette commune de Gironde.

De nombreuses zones d’ombre subsistent. Comment se fait-il que personne n’ait remarqué la grossesse d’une femme décrite par beaucoup comme menue et «toute maigrichonne, à peine 50 kg» dans ce petit village de 700 habitants.

«Je l'ai vue à une fête il y a trois semaines», a confié à l'AFP un proche du père. A la question de savoir si la femme présentait les signes d’une grossesse, il a répondu : «Rien, rien du tout ! C'est triste pour elle, c'est surtout elle qui est à plaindre»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales