Nicolas Bedos avait le droit de traiter Marine Le Pen de «salope fasciste»

Marine Le Pen© Ramil Sitnikov Source: RIA NOVOSTI
Marine Le Pen

Un tribunal parisien a estimé que l’humoriste Nicolas Bedos était en droit de traiter Marine Le Pen, la présidente du Front National de «salope fasciste» dans une tribune publiée par l’hebdomadaire Marianne en janvier 2012.

L’humoriste n’a pas franchi les limites du droit, estime la cour parisienne en réponse à la plainte déposée par la présidente du Front National.  avait en effet estimé que les mots utilisés par Nicolas Bedos étaient offensants et porté cette affaire devant la justice.

Selon le journal Le Figaro, la cour d’appel parisienne a justifié sa décision en expliquant qu’il était «absolument clair pour tout lecteur que la tribune en question était délibérément provocatrice»

Pour les juges, Nicolas Bedos était donc dans son droit, lorsqu’il a qualifié Marine Le Pen de «salope fasciste», acquittant également l’éditeur de Marianne, Maurice Szafran, pour avoir publié ce texte

Ce n’est pas la première fois que la présidente du  perd devant la justice dans des affaires à caractère diffamatoires à son encontre. En avril 2014, les juges avaient rejeté une plainte de la présidente du parti d’extrême droite qui avait tenté de couper l’herbe sous le pied de ses adversaires politiques qui utilisent le terme «fasciste» à son égard.

Le terme n’a pas de «caractère insultant lorsqu’il est employé entre adversaires politiques dans un contexte politique», avait déclaré la cour.

Auparavant, Marine Le Pen avait promis qu’elle poursuivrait tout journaliste qui taxerait le Front National d’«extrême droite», au motif que c’est une description injuste, utilisée délibérément pour nuire à la réputation du parti.

Jean-Marie le Pen, qui a fondé le Front National en 1972, a été accusé du racisme et de l’antisémitisme.

Mais maintenant que le parti gagne davantage de soutien auprès du public français, sa fille Marine le Pen, qui en est devenue présidente, travaille sur l’amélioration de l’image du Front National et affine ses positions sur plusieurs questions.

Selon les sondages, le Front National dépasse ses principaux adversaires pour les élections départementales qui se sont dérouleront les 22 et 29 mars prochain avec près de 30% d’intentions de vote.

L’acquittement de Nicolas Bedos pourtant ne signifie pas que le système judiciaire français adopte la même approche insouciante pour toutes les commentaires corrosifs des humoristes.

Le 17 mars, Dieudonné M'bala M'bala a été condamné à deux mois de prison avec sursis pour avoir fait la propagande du terrorisme sur les réseaux sociaux. Il avait posté sur Facebook qu’il se sentait «Charlie Coulibaly» quelques jours après les attentats qui ont fait 17 morts à Paris et dans sa région au début du mois de janvier dernier.

Ce commentaire est une combinaison du slogan «Je Suis Charlie» – qu’on a largement utilisé comme une signe de la solidarité avec les victimes des attentats, et en particulier avec les membres assassinés de la rédaction du journal satirique  – et le nom d’un des terroristes, Amedy Coulibaly qui tué une policière et quatre personne qu’il avait pris en otage dans un supermarché juif.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales