Régionales : comment le discours du parti socialiste a évolué en quelques jours

discours PS© reuters Source: Reuters
discours PS

Montée du Front national (FN) lors des régionales : du déni à l'acceptation, l'évolution du discours du Parti socialiste (PS) ressemble étrangement aux cinq phases d'un deuil.

Dimanche soir, c’est le choc : le Front national arrive en tête dans six régions, les listes frontistes obtiennent 27,96% des voix au niveau national devant les listes de droite et du centre avec 26,89% et les listes PS qui récoltent 23,33% des voix.

Première réaction de Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement : le déni. Après l’annonce des résultats, il estimait que le «total des voix de gauche en faisait le premier parti de France». Le lundi, il persiste et signe en déclarant sur Europe 1 : «On peut remporter de nombreuses régions, ce qui n’était pas prévu».

Ensuite vient l’incompréhension, la colère. Manuel Valls répondait mardi 8 décembre au député communiste Gaby Charroux (Bouches-du-Rhône) lors des questions au gouvernement à l’Assemblée Nationale. Il déclarait à propos du vote frontiste : «s’en tenir aux seules explications économiques et sociales, même si elles sont indéniables, ça ne suffit pas». Il a donné le contre-exemple des bons résultats de Jean-Yves le Drian en Bretagne, une région pourtant touchée par de nombreux conflits sociaux : «Et vous voyez bien que parfois les électeurs, dans des circonstances difficiles, peuvent être amenés à faire aussi d'autres choix et, en l’occurrence, à avoir fait confiance au ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian», a répondu le Premier ministre.

Par la suite, il s’est adressé aux électeurs frontistes : «Je leurs dis : voter Front national, ça ne sert à rien, ce n’est pas crédible, c’est un parti qui n’apporte aucune solution à ceux qui souffrent et qui les trompe. C’est ça l’enjeu de dimanche prochain».

Pour Catherine de Paris, conseillère régionale socialiste du Nord-Pas-de-Calais qui a obtenu 18,12% des voix bien loin derrière les 40,64% de la liste de Marine Le Pen, c’est l’incompréhension qui domine. Elle déclarait alors à Francetvinfo: «Les électeurs s'imaginent que tout peut aller mieux avec le Front national». A la question de savoir si elle est en colère, elle répond : «Non, ce n'est pas le sentiment qui domine, c'est plutôt l'incompréhension».

Après le déni, la colère, vient la phase des négociations : l’entre deux-tours. Les consignes du PS sont claires, les listes doivent se retirer pour faire barrage au Front national. Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, a appelé ce mercredi à voter pour les listes Les Républicains et à faire barrage au Front national. Elle a déclaré sur ITélé: «Je comprends le désarroi des militants [...] on en est à appeler à voter pour les candidats de droite, ça pose question, et on se posera ces questions après. Mais là, il n’y a pas le choix». Seul, Jean-Pierre Masseret s’est maintenu contre l’avis du parti qui lui a d’ailleurs retiré son investiture de candidat pour la région du grand Est.

Ce mercredi matin sur BFMTV/RMC, Manuel Valls a assuré qu’il garderait sa place à Matignon si le Front national remportait une ou plusieurs régions. Un début d’acceptation ?

Il ne manque plus qu’une phase de grande dépression et d’acceptation au PS, et ils seront passés par les cinq phases classiques du deuil. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales