Agriculteurs en colère : des tracteurs dans les rues de Paris, à la veille du Salon de l'Agriculture

Agriculteurs en colère : des tracteurs dans les rues de Paris, à la veille du Salon de l'Agriculture Source: AFP
Des agriculteurs dans les rues de Paris, le 23 février 2024.
Suivez RT en français surTelegram

Des blocages ou des manifestations d'agriculteurs, s'opposant aux politiques agricoles de Bruxelles, sont signalés à travers l'Union européenne.

Mise à jour automatique
  • Les agriculteurs de la FNSEA s’installent porte de Versailles, devant le parc des expositions où le salon de l’Agriculture doit ouvrir ses portes le 24 février.

  • Réunis place Vauban, au pied des Invalides, les agriculteurs de la Coordination rurale ont reçu la visite de Marion Maréchal, tête de liste Reconquête! lors des prochaines élections européennes et l’une des rares personnalités politiques a s’être rendu sur les points de blocages dans la capitale.

    «Les agriculteurs avaient lancé d’autres invitation à des députés, puisque l’Assemblée nationale se trouve pas loin, pour l’instant aucun d’entre eux n’est venu ici», constatait à la mi-journée une correspondante de BFMTV.

  • Un cortège de tracteurs entre dans Paris

    Ce 23 février, la veille de l’ouverture de la 60e édition du Salon de l’agriculture de Paris, des agriculteurs en colère ont fait leur entrée dans la capitale française après une opération escargot sur le boulevard périphérique. Entrés par la porte de Saint-Cloud, dans le sud de la capitale, plusieurs dizaines de tracteurs auraient été bloqués par les forces de l’ordre dans leur progression vers les Invalides, relate France Bleu Paris.

  • CL Press a rapporté l'occupation par des agriculteurs de la Confédération paysanne du siège du groupe Lactalis à Laval. 

    Aidés de deux tracteurs, les manifestants ont forcé l'entrée du site du géant agro-industriel et envahi le hall d'accueil qu'ils ont recouvert d'autocollants accusateurs, a indiqué l'AFP.

    «Notre métier a un prix. Lactalis, rends l'argent caché dans les paradis fiscaux, pouvait-on lire. «Lactalis, prédateur de la valeur» et «Lactalis tue», proclamaient aussi des pancartes.

    «Lactalis, c'est le numéro un mondial du lait qui n'est pas capable de payer correctement ses producteurs», a justifié auprès de la presse Laurence Marandola, porte-parole nationale de la Confédération paysanne, syndicat qui avait appelé à cette action.

    «Lactalis, c'est l'emblème mondial et national d'entreprises prédatrices de notre travail, du prix de nos produits et du travail des paysans», a-t-elle ajouté.

    «Il y a tellement de profits qui ne ruissellent pas vers les producteurs et les éleveurs, c'est un scandale absolu», a attaqué la syndicaliste agricole, accusant Lactalis de «pratiques asservissantes» et d'infliger des «représailles» aux éleveurs qui protestent contre les méthodes du groupe, en refusant de collecter leur lait. 

  • CL Press a rapporté que des agriculteurs avaient déversé des ballots de paille à l'aide d'un tracteur dans la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) de Marseille.

    Le journaliste Alexandre Vella, de 20 Minutes, a indiqué que le portail avait été enfoncé.

  • Des organisations agricoles menacent Bruxelles de nouvelles manifestations

    Six organisations agricoles ont jugé la proposition de Bruxelles de réguler l'afflux de produits ukrainiens dans l'UE insuffisante, estimant compromise «la viabilité» du secteur et menaçant de nouvelles manifestations si les restrictions ne sont pas drastiquement renforcées.

  • Des tracteurs bloquent les accès du château de Chambord

    Les agriculteurs manifestent ce 15 février devant le château de Chambord, dans le Loir-et-Cher, a rapporté France 3 régions. Une soixantaine de tracteurs bloquent les accès du château.

  • Espagne : un motard s’encastre dans un arbre placé au milieu de la route

    Alors que la mobilisation des agriculteurs espagnols se poursuit ce 14 février, un motard a été blessé sur la route nationale N-II à Garrigàs, près de Figuères, après avoir percuté un arbre placé au milieu de la chaussée, rapporte le journal Diari de Girona.

    Avec l’AP-7, la N-II fait partie des principaux axes routiers bloqués par les agriculteurs espagnols, provoquant des perturbations jusqu’en France où l’autoroute A9 reste fermée entre Narbonne et l’Espagne. Selon les médias locaux, plusieurs centaines d’agriculteurs ont passé la nuit du 13 au 14 février sur place.

  • Dans le Lot-et-Garonne, 300 agriculteurs mènent des actions devant plusieurs banques

    Les correspondants de BFMTV et Sud Ouest ont rapporté que 300 agriculteurs du Lot-et-Garonne avaient mené des actions devant des banques, notamment le Crédit agricole et la Banque populaire.

    «Les assurances nous coûtent une fortune et on est peu assurés», a dénoncé José Pérez, de la Coordination rurale 47, au micro du correspondant de Sud Ouest.

  • En Espagne, des centaines d’agriculteurs bloquent un accès au port de Tarragone

    Plusieurs centaines de tracteurs se sont réunis ce 13 février devant l'un des accès au port de Tarragone, à une centaine de kilomètres au sud de Barcelone. Selon un responsable de l'Autorité portuaire cité par la presse espagnole, ce blocage a provoqué une chute de 83% du trafic de camions entrant dans le port ou en sortant.

    Côté français, relate l’AFP, la «saturation de la circulation» était telle en fin de journée que la préfecture des Pyrénées-Orientales a annoncé la fermeture de l'autoroute A9 «jusqu'à nouvel ordre aux poids lourds comme aux véhicules légers», à partir de Narbonne en direction de l'Espagne.

Découvrir plus

9h40 (heure de Paris)

Les axes vers Paris bientôt bloqués ?

«On se met déjà dans la tête qu'on va durcir le ton», a déclaré le 26 janvier au matin Cyrille Milard, président de la FDSEA de Seine-et-Marne, sur France Info. «Il n'y a rien qui fuite pour l'instant, on ne connaît même pas l'heure des annonces. La seule chose qu'on a, ce n’est pas très rassurant», a-t-il expliqué, alors que les agriculteurs disent «attendre les annonces du Premier ministre avec impatience».

Le chef du gouvernement Gabriel Attal, qui se rendra dans l'après-midi en Haute-Garonne, est attendu pour répondre à la colère du milieu agricole. 

«On n'a pas l'intention d'aller dans la capitale», mais plutôt de «bloquer les grands axes routiers, toutes les autoroutes en périphérie de Paris», a-t-il précisé. 

L'autoroute A1, axe majeur reliant Paris au nord de l'Europe, est fermée à la circulation dans les deux sens, depuis le matin de ce 26 janvier, selon Le Parisien

À l’aube, une trentaine de tracteurs bloquaient aussi la N118, l’un des axes principaux de la capitale, à hauteur de Saclay, en Essonne.

Une opération a aussi été signalée par France Bleu Roussillon sur l’autoroute A9, vers Perpignan.

Darmanin ne juge pas utile de faire intervenir la police

«Si le gouvernement n’est pas au rendez-vous ce soir, on discutera de la suite à donner avec les autres [syndicats]», a affirmé Arnaud Gaillot, le président des Jeunes agriculteurs, sur Sud Radio. 

Pour preuve de la détermination des agriculteurs, des coups de force ont été observés à travers la France. Un parking Leclerc a notamment été détruit à Clermont, dans l’Hérault, ce 26 janvier au matin.

Pour l'heure, aucune intervention des forces de l'ordre n'a été signalée. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré le 25 janvier au soir sur TF1 que les agriculteurs ne s'en prenaient pas aux policiers ni aux gendarmes, et ne mettaient pas le feu aux bâtiments publics.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT en français utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix