Bakari Traoré : «Le Mali est au bord de la guerre civile» (ENTRETIEN)

Bakari Traoré : «Le Mali est au bord de la guerre civile» (ENTRETIEN)
Bakari Traore, spécialiste des questions géopolitiques du Sahel, sur le plateau de RT France, le 12 août 2018

Bakari Traoré, spécialiste des questions géopolitiques du Sahel, est revenu pour RT France ce 12 août sur le second tour de l'élection présidentielle malienne. Pour lui, malgré l’accalmie, le pays demeure exposé à une recrudescence des violences.

Sur le plateau de RT France, ce 12 août, Bakari Traore, spécialiste des questions géopolitiques du Sahel, est revenu sur le second tour de l’élection présidentielle malienne qui oppose le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta et l’opposant Soumaïla Cissé. Pour lui, contrairement au premier tour, le scrutin s’est déroulé dans de bonnes conditions. Néanmoins, il a rappelé que le contexte sécuritaire demeurait tendu, se référant notamment à l’arrestation, la veille, de trois hommes soupçonnés de planifier plusieurs attentats à Bamako.  

En outre, il a estimé que le président sortant n’était pas pour autant parvenu à résoudre l’épineuse question sécuritaire. «Le Mali aujourd’hui est au bord de la guerre civile. Des communautés s’entretuent notamment au niveau de Mopti et Segou […], cela n’a jamais été vécu par les Maliens», a-t-il déploré.

Enfin, il a souligné la nécessité d’un renforcement de la coopération entre les différentes forces en présence à l’instar de la Minusma et de Barkhane pour venir à bout des organisations terroristes.

Lire aussi : Le Mali élit son président dans un climat de vives tensions et de soupçons de fraude

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter