Yonathan Sayada : «Je ne me suis jamais senti aussi juif qu’en jouant chez Dieudonné»

Auteur: RT France

RT France est allée à la rencontre de l'humoriste de confession juive Yonathan Sayada, à l'affiche du théâtre de la Main d'Or avec son spectacle «Ma réponse à Dieudonné».

Après avoir été repéré par Dieudonné pour son humour abordant des «sujets compliqués», Yonathan Sayada a rencontré plusieurs fois l’humoriste controversé avec qui est née l’idée de réaliser un spectacle appelant à la paix. «Je me sens dans une démarche profondément juive, en venant "chez l’ennemi" pour discuter, pour dialoguer» nous a-t-il affirmé. 

Yonathan Sayada reconnaît que «dans la tête de la communauté, pour beaucoup il reste tout de même un monstre». Condamné à plusieurs reprises devant les tribunaux, Dieudonné M'Bala M'bala a notamment écopé d'une peine de deux mois de prison ferme en Belgique pour avoir tenus des propos «haineux» lors d'un spectacle en 2012. Mais pour Yonathan Sayada, «on s’en fout si c’est un monstre ou un antisémite. Moi, en tant que juif, ce que je veux montrer aux antisémites, c’est qu’ils avaient torts de penser que l’on ne pouvait pas rire de nous». En effet, l’humoriste considère que la censure, loin d’affaiblir la haine et le racisme, ne fait finalement que les renforcer.

Mais la démarche de paix de Yonathan Sayada ne fait pas l’unanimité. Sur sa page Facebook personnelle, de nombreux commentaires le tancent. «Des critiques ont été émises aussi bien par certains membres méfiants du public de Dieudonné que par des Juifs» a-t-il confié à RT France, «mais lorsque je vois le niveau orthographique de leurs commentaires en comparaison de celui de ceux qui me soutiennent, je me dis que je ne plais pas qu’aux abrutis et cela me rassure». Ainsi, Yonathan a notamment été qualifié de «kapo» par les membres de sa communauté, en référence aux Juifs collaborant avec les nazis dans les camps de concentration durant la Seconde Guerre mondiale.

L’humoriste a aussi reçu des menaces plus sérieuses, notamment par téléphone. Son interlocuteur, dont Yonathan Sayada n’a pas souhaité révéler l’identité afin de ne pas mettre de l’huile sur le feu, connaissait le nom et l’adresse de ses parents, et les menaçaient de représailles si jamais le spectacle n’était pas annulé. Une main courante a été déposée, et la police s’est engagée à faire des rondes devant le théâtre le soir des représentations afin de prévenir tout débordement de la part d’extrémistes.

Lire aussi : Le problème de nos sociétés n'est pas le «complotisme» mais le fidéisme envers les médias dominants

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»