Hausse des taux d'intérêt : vers une nouvelle crise de la dette en zone euro ?

- Avec AFP

BCE© Yann Schreiber Source: AFP
Le drapeau européen flotte devant le siège de la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, le 8 mai 2022 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

La hausse brutale des taux d'intérêt menace la stabilité financière des Etats largement endettés de la zone euro. Certains indicateurs, comme l’écart entre les taux allemands et ceux d’autres pays, rappellent la crise de la dette de 2010.

Depuis début 2022, s'endetter coûte de plus en plus cher aux Etats, notamment en Europe. En France, l'augmentation des taux sur l'emprunt à 10 ans – qui fait référence – sur la période de janvier à mi-mai n'a jamais été aussi forte depuis 1994. Cela vaut aussi pour l'emprunt à 10 ans allemand ou espagnol.

En France, le taux était proche de zéro en début d'année mais a bondi, pour atteindre désormais 1,5%. La trajectoire est similaire dans tous les pays européens, Allemagne, Italie, Grèce... Dans ce dernier pays, le taux à 10 ans a même franchi récemment les 3,5%. Ainsi, les pays ayant adopté la monnaie unique risquent de devoir débourser des sommes bien plus importantes car, étant très endettés en raison des mesures prises lors de la crise sanitaire, ils souffrent directement de la remontée des taux d'intérêt.

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau a calculé que pour la France, sur l'emprunt à 10 ans, «chaque point de pourcentage de hausse des taux d'intérêt représent[ait] à terme un coût annuel supplémentaire de près de 40 milliards d'euros, soit presque le budget actuel de la Défense ».

Les analystes de Natixis (groupe Caisse d’épargne et Banque populaire) soulignent pour leur part que, pour que l'endettement reste soutenable, il faut que «les taux d'intérêt à long terme restent nettement inférieurs à la croissance de long terme».

Inquiétude sur le «spread»

La hausse des taux d'intérêt présente aussi le risque d'un déséquilibre pour la zone euro à partir du moment où certains pays, particulièrement endettés, commencent à inquiéter les investisseurs et les marchés. Le souvenir de la crise de la dette qui avait paralysé le continent européen au début de la décennie 2010 est encore présent dans les esprits.

Aussi, les  investisseurs surveillent en permanence le «spread», c’est-à-dire l'écart, entre le taux d'intérêt allemand, perçu comme un roc, et celui des autres pays. Il permet de mesurer la confiance des acteurs de marché dans la capacité des pays à rembourser leurs dettes.

Or ce repère inquiète, car l’écart entre les taux allemand et italien a doublé en un an. C'est une préoccupation sérieuse pour la Banque centrale européenne (BCE), car si l'écart s'accroit, elle aura plus de mal à mettre en œuvre une politique monétaire commune qui réponde aux besoins de chaque pays, et toute la cohésion économique de la zone euro sera ainsi remise en cause. En effet, contrairement aux autres banques centrales, la BCE est confrontée à plusieurs marchés distincts de dettes d'Etats.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix