Période mouvementée pour le Bitcoin, qui devient une monnaie légale au Salvador

- Avec AFP

Période mouvementée pour le Bitcoin, qui devient une monnaie légale au Salvador© Dado Ruvic Source: Reuters
Une représentation de la crypto-monnaie bitcoin (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Une valeur en chute et un crash informatique ont accompagné la légalisation du bitcoin au Salvador, où l'adoption de la cryptomonnaie au côté du dollar ne fait pas l'unanimité. Les commerçants ont dû ouvrir de nouvelles options de paiement.

Le Salvador est devenu le 7 septembre le premier pays au monde à avoir fait du Bitcoin une monnaie légale, à côté du dollar américain. Dans le pays, les grandes multinationales, dont McDonald’s et Starbucks, ont dû «ouvrir des options de paiement» en cryptomonnaie, comme le relate le site francophone spécialiste des cryptomonnaies cryptoast.

Critiquée par les organismes financiers internationaux, l'initiative a débuté avec un crash du système informatique et une importante chute de la valeur de la cryptomonnaie, avant un léger rebond. Comme le rapporte l'AFP, le Bitcoin vient en effet de subir ses plus fortes pertes depuis son plongeon de mai.

Le dollar reste la monnaie de référence

Le gouvernement a acheté ses 400 premières pièces, pour une valeur marchande de 21 millions de dollars. Il a également lancé le porte-monnaie électronique «Chivo» («Super», en langage familier) nécessaire pour effectuer des transactions de la vie quotidienne en Bitcoins avec son téléphone portable et offert 30 dollars de bienvenue lors de son téléchargement. Les Salvadoriens conservent cependant la possibilité, lors d'une transaction avec le portefeuille électronique Chivo, de convertir immédiatement le montant en son équivalent en dollars.

«Personne n'est obligé d'utiliser [le Bitcoin], le dollar est la monnaie de référence pour les prix, les salaires et les enregistrements comptables dans le pays», souligne le gouvernement, qui a affecté 203 millions de dollars a un fonds destiné à garantir la convertibilité automatique du Bitcoin en dollars américains.

Pour rappel, le Parlement salvadorien a voté en juin la loi stipulant que la valeur du Bitcoin «sera établie librement par le marché» et obligeant tout commerce à «accepter le Bitcoin comme moyen de paiement». Selon le chef de l'Etat et son gouvernement, le Bitcoin pourrait entre autres permettre à la population d'économiser 400 millions de dollars de frais bancaires lors des envois d'argent par la diaspora, notamment installée aux Etats-Unis, qui représentent 22% du PIB du pays.

Une cryptomonnaie qui ne fait pas l'unanimité

Selon de récents sondages, plus des deux tiers des 6,5 millions de Salvadoriens disent vouloir continuer à utiliser exclusivement le dollar américain, la monnaie légale du Salvador depuis 20 ans. La capitale du pays a d'ailleurs été le théâtre d'une mobilisation contre l'adoption du Bitcoin, les manifestants  dénonçant la volatilité de la cryptomonnaie, mais aussi le blanchiment d'argent qu'elle pourrait permettre à grande échelle.

En ce premier jour de légalisation du Bitcoin dans le pays, ses partisans se sont vantés sur les réseaux sociaux d'avoir effectué des transactions de la vie courante avec la cryptomonnaie.

Des économistes, mais également la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI) ou la Banque interaméricaine de développement (BID) ont quant à eux exprimé leur scepticisme.

Avant l'apparition d'une nouvelle monnaie dans leur portefeuille, les Salvadoriens se montraient réservés, «ne voyant pas en quoi elle aura un impact positif pour changer de manière significative leurs conditions de vie», selon la directrice des sondages de l'Université centraméricaine (UCA) Laura Andrade, citée par l'AFP.

Ils plébiscitent néanmoins à plus de 80% leur président de 40 ans, qui interagit énormément sur les réseaux sociaux et apparaît en toutes circonstances avec une casquette vissée à l'envers sur la tête.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix