Pour le président du Medef, la réforme des retraites est «morte et enterrée»

Pour le président du Medef, la réforme des retraites est «morte et enterrée»© GEOFFROY VAN DER HASSELT Source: AFP
Le président du Medef Geoffroy Roux de Bezieux s'adresse à la presse à l'issue de la deuxième conférence de dialogue social à l'hôtel Matignon à Paris, le 26 octobre 2020 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le patron des patrons a jugé que la réforme des retraites était condamnée parce que ni les partenaires sociaux ni les citoyens n’y sont prêts selon lui. Il juge toutefois, comme le ministre du Budget, qu’une réforme est toujours nécessaire.

La réforme du système des retraites − un des projets emblématiques du quinquennat d’Emmanuel Macron − est-elle condamnée à être ajournée sine die ? C’est l’avis du président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, qui l’a jugée «morte et enterrée» le 15 mars, sur Franceinfo.

A quelques heures de la troisième conférence sociale à Matignon, où il devait rencontrer les syndicats et le gouvernement, le chef du patronat français a jugé que cette réforme «mal expliquée, mal préparée depuis le début du quinquennat» était condamnée «parce que les esprits ne sont pas prêts que ce soit côté partenaires sociaux ou tout simplement côté citoyen».

Geoffroy Roux de Bézieux a toutefois estimé que le système de retraites était «le sujet numéro 1 d'inquiétude des Français» et a même avancé, sur la foi «d’études qu’on fait», que les Français avaient «compris que la retraite par répartition dans une démographie qui se réduit posait un problème» et conclu : «Donc il faut faire quelque chose.»

Le jour même, paraissait dans Les Echos une interview des ministres de la Santé Olivier Véran et des Comptes publics Olivier Dussopt, dans laquelle ce dernier annonçait des nouvelles moins mauvaises que prévu quant à l’équilibre de la branche vieillesse de la Sécurité sociale : un déficit de 3,7 milliards d'euros en 2020, au lieu des 8,6 milliards attendus.

La «question du calendrier»

Dans cet interview le ministre a néanmoins jugé que la réforme des retraites restait «utile et nécessaire pour construire un système plus juste [...] et pour faire face aux déficits prévisionnels de grande ampleur du système de retraites». Le ministre de l’Action et des Comptes publics a toutefois concédé que «la question du calendrier» relevait du président de la République.

Vous êtes dingues !

Dès le lendemain, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, cité par l’AFP, estimait pour sa part «totalement irresponsable de remettre sur la table la réforme des retraites». Réagissant aux propos du ministre tenus dans Les Echos, il a ajouté : «Si cette petite musique, ça veut dire que des ministres ou d'autres pensent qu'on peut faire une réforme paramétrique, c'est-à-dire augmenter l'âge d'ici la fin du quinquennat, je leur dis "vous êtes dingues !".»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»