Scandale Volkswagen : 2,1 millions de voitures Audi auraient été équipées du logiciel truqueur

Le scandale Volkswagen entraîne la filiale Audi dans la tourmente (capture RT.com)
Le scandale Volkswagen entraîne la filiale Audi dans la tourmente (capture RT.com)

Le constructeur a annoncé que 2,1 millions de ses véhicules avaient été équipés du logiciel truqueur pour fausser les résultats des tests antipollution mis en place par sa maison mère, Volkswagen.

Le scandale qui a ébranlé la firme allemande risque d'emporter dans la tourmente sa filiale Audi. La semaine dernière, Volkswagen a reconnu que 11 millions de véhicules diesel de sa fabrication étaient équipés du logiciel. Selon le porte-parole de la marque Audi, sur ce chiffre, 2,1 millions de marque Audi : 1,42 million en Europe occidentale, dont 577 000 en Allemagne, et 13 000 aux Etats-Unis. Les modèles sont le A1, l’A3, l’A4, l’A5, l’A6, la TT, le Q3 et le Q5.

Un certain nombre de responsables des branches recherche et développement d’Audi et de Porsche ont été suspendus, selon les informations de Reuters.

Dans le même temps, une information judiciaire a été ouverte en Allemagne contre Martin Winterkorn, ex-patron de Volkswagen.

C'est l’équipementier allemand Bosch qui a fourni dès 2007 à Volkswagen le logiciel truqueur au cœur du scandale. Cependant l'entreprise déclare avoir bien au constructeur allemand que son installation sur les véhicules était «illégale».

Autre fait qui ne plaide pas en faveur de Volkswagen, selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, un de ses employés avait aussi alerté sa direction dès 2011 et avertit que le logiciel risquait d'être contraire à la législation.

Les marchés ont rapidement sanctionné cette nouvelle révélation concernant les filiales de Volkswagen : alors que la société avait déjà perdu près de 35% la semaine passée, son action a perdu ce 28 septembre 6,06% de sa valeur. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales