Fruit d'un compromis, un minimum vieillesse pour les plus pauvres créé en Allemagne

Fruit d'un compromis, un minimum vieillesse pour les plus pauvres créé en Allemagne© Michael Kappeler
La chancelière allemande Angela Merkel rend visite aux retraités à Berlin, mars 2017

Le gouvernement allemand a décidé le 19 février d'instaurer un minimum vieillesse pour les plus démunis, un sujet qui a longtemps menacé l'avenir de la coalition d'Angela Merkel entre conservateurs et sociaux-démocrates.

A partir de janvier 2021, environ 1,3 million de retraités percevant de faibles pensions vont ainsi recevoir un supplément, une mesure qui coûtera 1,3 milliard d'euros par an, selon le projet de loi adopté en conseil des ministres.

«La création de cette retraite minimum va contribuer à davantage de justice sociale dans notre pays», a estimé le ministre social-démocrate du Travail Hubertus Heil, qui portait ce projet. Ce dernier profitera «surtout aux femmes», qui représentent environ 70% des personnes appelées à bénéficier du relèvement, notamment dans le secteur des services peu rémunérés, comme la gastronomie.

Et le coup de pouce bénéficiera «surtout à l'Est du pays», l'ancienne République démocratique allemande (RDA) communiste où le pouvoir d'achat moyen de la population reste inférieur à celui de l'ouest du pays, nourrissant une frustration qui profite particulièrement à l'extrême droite. Cette dernière y a ses principaux fiefs.

Selon le ministère du Travail, une coiffeuse ayant cotisé 40 ans au niveau du salaire minimum devrait ainsi voir sa retraite passer de 512 euros aujourd'hui à 960 euros par mois. Les conservateurs d'Angela Merkel ont longtemps bloqué cette réforme dont les sociaux-démocrates du Parti social-démocrate (SPD) avaient fait une priorité du mandat, allant même jusqu'à menacer de quitter la coalition l'an dernier faute d'accord.Le SPD est en réelle chute libre dans les sondages et espère remonter la pente en se donnant un profil plus à gauche. Le parti a récemment élu un duo de présidents sur cette ligne.

Les conservateurs de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et l'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU) voulaient au départ conditionner le relèvement de la retraite au patrimoine total des pensionnés, ce que refusaient les sociaux-démocrates. Au final les deux camps se sont mis d'accord pour qu'il dépende du seul niveau de revenu des personnes concernées. Le coup de pouce sera versé intégralement aux retraités ayant cotisé au moins 33 années et percevant une pension ne dépassant pas 1.250 euros, le plafond montant à 1.950 euros pour un couple.L'idée de la réforme est née du constat que certains retraités pauvres en Allemagne se retrouvaient au final, malgré une vie entière de labeur, avec une pension inférieure ou égale à l'aide sociale.

Les syndicats et associations caritatives ont salué le geste mais l'ont cependant jugé insuffisant.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»