Le face-à-face : le salarié est-il voué à devenir une variable d’ajustement ?

Virginie Pradel, présidente de l’institut Vauban, et Michel Henry, avocat des salariés d’ArjoWiggins Security, reviennent sur le cas de cette papeterie que les anciens salariés attaquent pour licenciements sans «cause réelle et sérieuse».

220 salariés sur le carreau, c’est le bilan social d’ArjoWiggins Security, entreprise spécialisée dans la fabrication de papier pour l’impression de billets de banque. Ces anciens salariés attaquent leur ex-employeur pour licenciements «sans cause réelle et sérieuse». Ils accusent leurs anciens patrons d’avoir vidé les caisses de l’entreprise. Alors déficitaire, ArjoWiggins Security, filiale de Sequana, a été vendue en février 2018 à deux fonds germano-suisses. Pour faciliter cette reprise, la Banque publique d'investissement (BPI) avait prêté 10 millions d'euros. Virginie Pradel et Michel Henry apportent une tentative d’explication sur une catastrophe sociale à la frontière de l’escroquerie et du licenciement économique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»