Trump à Davos : les Européens vont signer un accord parce qu’ils «n’ont pas le choix»

Trump à Davos : les Européens vont signer un accord parce qu’ils «n’ont pas le choix» Source: Reuters
Le président américain Donald Trump donne une conférence de presse flanqué du directeur général de l'Organisation mondiale du commerce, Roberto Azevêdo, au 50e Forum économique mondial à Davos, en Suisse, le 22 janvier 2020.

Avant de quitter le Forum économique mondial, le président des Etats-Unis s’est déclaré convaincu de parvenir à un accord commercial avec l’Union européenne (UE). Face à ses menaces de taxer les voitures européennes, elle n'a selon lui pas le choix.

Juste avant de quitter la réunion annuelle du Forum économique mondial de Davos (Suisse), le président des Etats-Unis a donné une conférence de presse où il est apparu aux côtés de Roberto Azevêdo, le directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (l’OMC).

Bien que pressé de questions sur les derniers rebondissements de la procédure d’impeachment qui le vise aux Etats-Unis, il a malgré tout porté l’accent sur ses démarches pour tenter de rééquilibrer le commerce mondial dans un sens plus favorable, selon lui, aux Etats-Unis.

Il a répété que l’OMC avait jusqu’ici été «très injuste» et que c’était le «véhicule» qu’avait emprunté la Chine pour en arriver «là où elle est aujourd’hui». Mais il a également affirmé avoir une «relation formidable» avec le directeur général de l’OMC dont il a annoncé la visite prochaine à Washington pour discuter de la refonte de l’organisation.

A ses côtés Roberto Azevêdo a confirmé en déclarant : «Il faut la mettre à  jour ; il faut la changer ; il faut la réformer.»

Le président américain a aussi profité de cette conférence pour évoquer les démarches de son administration avec l’Union européenne (UE) à l’encontre de laquelle il a répété ses accusations : «L’Union européenne a des barrières commerciales qui empêchent de commercer. Ils ont des tarifs dans tous les sens. […] Franchement, c’est plus difficile de faire du commerce avec eux qu’avec la Chine.»

Une échéance «très proche»

Mais Donald Trump a également confié qu'il espérait que les Etats-Unis parviendraient à un nouvel accord commercial avec l'UE, précisant qu'il avait une échéance en tête pour conclure. Il a refusé de la préciser mais a confié qu’elle était «très proche».

Donald Trump est également revenu sur une interview diffusée quelques jours auparavant par le réseau télévisé américain CNBC, lors de laquelle il avait confié avoir eu une «conversation super» avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen dont il a ainsi résumé la teneur :

«J'ai dit : "Regardez, si nous n'obtenons pas quelque chose, je vais devoir prendre des mesures", et ce sera des tarifs très élevés sur leurs voitures et les autres choses qui entrent dans notre pays.»

Ils vont conclure un accord, car ils doivent le faire. Ils n'ont pas le choix.

Mais il a ajouté que les «investisseurs ne devraient pas paniquer» à la perspective de tarifs sur les voitures européennes expliquant : «Ils [les Européens] vont conclure un accord, car ils doivent le faire. Ils le doivent. Ils n'ont pas le choix.»

Le 25 juillet 2018, le précédent président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait rencontré Donald Trump à la Maison Blanche où les deux hommes s’étaient mis d’accord pour tenter de parvenir à un accord commercial entre l’UE et les Etats-Unis. Les négociations ont débuté en février 2019, mais patinent depuis sur un désaccord de fonds quant à son contenu.

L’administration des Etats-Unis veut impérativement y inclure des engagements sur l’agriculture tandis, que l’Union européenne, sous la pression de plusieurs de ses membres et en particulier de la France, veut le limiter aux biens industriels.

Jean-François Guélain

Lire aussi : Donald Trump transforme l'Organisation mondiale du commerce en coquille vide


Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»