L’assassinat du général Qassem Soleimani propulse le cours de l’or vers des records

L’assassinat du général Qassem Soleimani propulse le cours de l’or vers des records Source: AFP
Photo prise le 26 novembre 2010 à Paris au siège de la société CPoR Devises, premier acteur du marché de l'or physique en France (illustration).

Valeur refuge par excellence, le métal jaune a vu son cours flamber en raison des tensions géopolitiques au Moyen-Orient. Les cours du pétrole ont également connu un bref emballement.

Les tensions géopolitiques consécutives à l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, chef de la force al-Qods, ont brièvement propulsé le cours de l’or à un niveau record. Le 5 janvier, le métal jaune a atteint son prix le plus élevé depuis avril 2013, à 1 579,72 dollars (142,21 euros) par once (31,103 476 grammes). Compte tenu des effets de change, le métal jaune a même atteint son record absolu en euros et en livres sterling.

Depuis ce pic, le cours de l’or est légèrement redescendu dans la matinée du 7 janvier, aux environs de 1 568 dollars. Mais l'escalade des tensions américano-iraniennes pourrait encore stimuler le métal jaune, selon les projections de Goldman Sachs. «Dans l'ensemble, nous maintenons nos prévisions de 1 600 dollars l’once d’ici six à douze mois, mais nous voyons des risques à la hausse si les tensions géopolitiques empirent», ont déclaré en début de semaine les analystes de la banque cités par les agences de presse.

Les tensions ont également agi sur les cours du pétrole. Le baril de Brent (brut de référence de la mer du Nord) a brièvement dépassé 70 dollars le 5 janvier avant de redescendre à 69,47 dollars (62,20 euros) lors des échanges du 6 janvier en Europe, tandis que les contrats à terme sur le brut américain West Texas Intermediate (WTI) étaient en hausse d'un peu plus de 1,1% à 63,75 dollars (57,07 euros).

Washington et Téhéran ont échangé des menaces durant le week-end, le président américain Donald Trump ayant juré de répondre de «manière disproportionnée» si l'Iran «frappait une personne ou une cible américaine». Il avait précédemment déclaré que les Etats-Unis pourraient frapper 52 cibles iraniennes, y compris des sites culturels, si l'Iran tentait de venger l'assassinat du général Qassem Soleimani, perpétré le 3 janvier à Bagdad au moyen d’un drone par l'armée américaine.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»