Prix Nobel d’économie : la bulle financière américaine prête à exploser

Robert Shiller Source: Reuters
Robert Shiller

De plus en plus d’investisseurs expriment leur préoccupation quant à la surévaluation des actions américaines, ce qui pourrait aboutir à un marché baissier, à la chute des prix et à la morosité, estime le prix Nobel d’économie Robert Shiller.

Les études ont montré que le niveau d’incertitude parmi les investisseurs a atteint son niveau maximal depuis la fin de la période d’essor des sociétés point-com en 2000, a raconté Robert Shiller au Financial Times. A cette époque, l’indice sectoriel de la branche technologique, Nasdaq Composite, a perdu 78 % de sa valeur, chutant de 5 046 à 1 114 points.

«La situation actuelle me rappelle à nouveau cette bulle, avec surtout le triplement du prix des actions depuis 2009, soit en juste six ans, et la perte de confiance dans l’évaluation du marché», a expliqué Shiller.

L’économiste a en outre mis en doute l’importance d’une possible hausse du taux de la Réserve fédérale américaine cette semaine, en soulignant qu’il était «impossible de programmer une chute quelconque du marché».

En savoir plus : Comment reprendre son économie en main quand la crise fait rage ? Demandez à l’Islande

«J’en ai beaucoup entendu parler, tout le monde sait que cela peut arriver. Mais ce n’est pas si important que ça. A croire que si les taux d’intérêts augmentent, les investisseurs vendront leurs actions, mais le monde de la finance n’est pas si simple que ça», a noté le chercheur.

La semaine dernière, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schauble a lui aussi estimé que l’explosion de la bulle financière pourrait être imminente. «Nous devons tirer les leçons de la dernière crise [financière de 2008-2009]», a-t-il déclaré vendredi.

Pendant la semaine du 17 au 25 août, la valeur d’un grand nombre de sociétés américaines ont brusquement chuté sur les bourses des Etats-Unis. En particulier, l’indice Dow Jones Industrial Average a concédé pendant cette période 10,8%, dont 3,4% la seule journée du 24 août, baptisé «lundi noir», la pire journée pour cet indice en quatre ans. Les indices Nasdaq et S&P 500 ont eux aussi chuté ce jour-là de 4%.

En savoir plus : Qui faut-il blâmer pour la crise, les Etats-Unis ou la Chine ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales