La banque américaine Morgan Stanley accusée d'avoir manipulé la dette française

- Avec AFP

La banque américaine Morgan Stanley accusée d'avoir manipulé la dette française© Johannes EISELE / AFP
Le siège social de la banque Morgan Stanley, à New York.

Le Collège de l'autorité des marchés financiers (AMF) a requis, ce 8 novembre, une amende de 25 millions d'euros à l'encontre de Morgan Stanley accusée de manipulation de cours sur la dette française en 2015. La banque réfute.

La banque Morgan Stanley a-t-elle manipulé le cours de la dette de la France ? Oui, selon le Collège de l'autorité des marchés financiers (AMF). Le 8 novembre, le gendarme boursier vient de requérir une amende de 25 millions d'euros contre la société américaine, ce qu'elle «réfute catégoriquement».

Dans le détail, le gendarme boursier français reproche au bureau de trading de Morgan Stanley à Londres d'avoir acheté en juin 2015 — en pleine crise de la dette grecque — des contrats à terme sur la dette française (OAT), ainsi que deux contrats à terme sur la dette allemande. L'objectif étant de faire artificiellement grimper le cours de l'obligation française pour la vendre ensuite à meilleur coût.

Une amende record

Si l'amende requise est confirmée, il s'agira d'un record puisque celle de 35 millions infligée il y a deux ans à Natixis AM pour des prélèvements indus sur certains de ses fonds, qui constituait le montant le plus élevé jamais prononcé par l'AMF, a été ramenée jeudi à 20 millions par le Conseil d'Etat.

«C'est avec consternation que Morgan Stanley a pris connaissance de ces allégations et du montant de la sanction requise par le Collège de l'AMF», a réagi la banque dans un communiqué. 

L'AMF considère en effet que Morgan Stanley a «trompé le marché en toute conscience, ceci en passant des ordres volumineux et agressifs à l'achat» sur les trois contrats à terme, «tout en sachant qu'elle ferait ainsi monter le cours des OAT et des OLO [la dette belge] et tout en sachant dès le départ qu'elle allait juste après liquider instantanément sa position en OAT et en OLO», a indiqué la représentante du collègue de l'AMF lors d'une séance de la Commission des sanctions de l'institution.

Par cette opération, la banque aurait cherché à limiter les pertes qu'elle anticipait sur la vente de ses OAT, dont la valeur avait fortement baissé après qu'une réunion entre la Grèce et ses créanciers, quelques jours plus tôt, avait relancé les rumeurs sur un risque de de sortie de la Grèce de l'Union européenne (UE).

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»