Chine : un journaliste «avoue» être responsable du crash boursier

Chine : un journaliste «avoue» être responsable du crash boursier© Jason Lee Source: Reuters
Des traders à la bourse de Pekin
Suivez RT France surTelegram

Wang Xiaolu, un journaliste du magazine Caijing, a été mis en détention et a «avoué» avoir diffusé de fausses nouvelles ayant entraîné la dégringolade boursière qui a frappé la Chine. Il fait parti des 197 personnes arrêtées après le krach.

Il aurait provoqué «la panique et le désordre». C'est en tout cas ce qu'a rapporté l'agence de presse officielle chinoise. Wang Xiaolu, qui travaille pour le bi-hebdomadaire Caijing, aurait diffusé de «fausses informations» qui ont conduit à l'effondrement des cours de la bourse du pays, entraînant un repli mondial des indices boursiers et infligeant des «pertes énormes» à la Chine.

En savoir plus : Economie, «pour la France et la zone euro, cette crise peut être plus grave que celle de 2008»

Dans un article publié en juillet, Xiaolu a écrit que l'autorité de réglementation des valeurs mobilières (qui régule les valeurs des titres de propriété et de créances) étudiait la possibilité d'une sortie des fonds publics du marché. Une information «fausse», qui aurait «provoqué la panique et le désordre à la Bourse, sérieusement sapé la confiance des marchés et infligé d'énormes pertes au pays et aux investisseurs».

En savoir plus : La santé des marchés asiatiques, au lendemain du lundi noir

Les écrits du journaliste avaient été rapidement démentis par la commission de régulation des marchés financiers chinois (CSRC), qui avait jugé ces divulgations «irresponsables».

Le journaliste dispose du soutien de sa publication : le magazine Caijing a posté un communiqué sur son site Internet, dans lequel il «défend le droit des journalistes à faire leur devoir conformément à la loi». Xiaolu fait parti des 197 individus qui ont été arrêtés après le krach boursier pour avoir rapporté des rumeurs sur les marchés chinois, liées notamment aux explosions meurtrières de Tianjin. Parmi des 197 personnes se trouve un membre de la CSRC, soupçonné de délit d'initié, de corruption et de falsification de tampons officiels, et qui aurait également «avoué». Quatre hauts responsables du plus grand courtier chinois ont églament été arrêtés, pour des «infractions» sur le marché, dont la nature n'a pas été précisée.

En savoir plus : Chine: l'explosion dans une usine chimique de Tianjin fait des centaines de blessés (PHOTOS, VIDEO)

Parmi les chefs d'accusation qui concernent les 197 personnes arrêtées figure la propagation de la rumeur qu'un homme se soit donné la mort après le krach boursier. L'Empire du Milieu ne donne aucun détail sur les sanctions qu'encourt Wang Xiaolu.

En savoir plus : Explosions en Chine : des scènes apocalyptiques filmées et des témoignages (VIDEOS) 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix