Emmanuel Macron renonce à une hausse de son salaire de 64 euros

Emmanuel Macron renonce à une hausse de son salaire de 64 euros© REUTERS/Philippe Wojazer
Emmanuel Macron.

Confronté à une crise sociale et à la mobilisation des Gilets jaunes, depuis plusieurs semaines, l'exécutif a renoncé à une hausse de salaire automatique de 0,4% qui résultait d'une mesure négociée par François Hollande.

Cité par le magazine Capital le 14 décembre, Matignon a annoncé que le salaire d'Emmanuel Macron resterait de 15 140 euros brut par mois, le 1er janvier 2019. 

Une augmentation des salaires des fonctionnaires, prévue pour le début de l'année prochaine, devait automatiquement provoquer une hausse de 0,4% des revenus des membres du gouvernement. La mesure aurait donc fait passer, en théorie, la rémunération d’Emmanuel Macron et du Premier ministre Edouard Philippe de 15 140 euros brut à 15 204 euros au 1er janvier, soit une hausse de 64 euros.

Le salaire des ministres restera quant à lui de 10 093 euros brut mensuel. Pour les secrétaires d'Etat, il demeurera de 9 559 euros.

L'AFP précise que la revalorisation spécifique n'était pas une initiative du gouvernement mais la conséquence de l'application de la refonte des grilles indiciaires de la fonction publique, dans le cadre des mesures Parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR).

Dans un contexte de crise sociale et de mobilisation des Gilets jaunes, il a donc été décidé que cette hausse ne concernerait finalement ni le salaire du président de la République, ni celui du Premier ministre et des ministres, dont le traitement dépend pourtant de la catégorie «hors échelle» des fonctionnaires.

Les revalorisations de l'accord PPCR s'appliqueront en revanche bien pour les fonctionnaires au 1er janvier 2019, pour un montant total de 840 millions d'euros. Négociées sous l'ère Hollande, leur mise en œuvre était prévue au 1er janvier 2018 mais avait été reportées d'un an par mesure d'économie.

Le point d'indice, étalon des salaires des fonctionnaires, restera lui gelé en 2019.

Lire aussi : Paroles de Gilets jaunes : on a retrouvé la fraternité sur les rond-points (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»