Le patronat applaudit les mesures annoncées par Macron

- Avec AFP

Le patronat applaudit les mesures annoncées par Macron© Yoan Valat Source: AFP
Emmanuel Macron le 10 décembre, en compagnie du Premier ministre Edouard Philippe.

Le Medef et plusieurs organisations de dirigeants se sont félicité des mesures annoncées par Emmanuel Macron, qui ne devraient pas affecter la compétitivité des sociétés. Toutefois, ils estiment que la prime de fin d'année sera rarement versée.

Plusieurs organisations patronales ont salué le 11 décembre les mesures annoncées par Emmanuel Macron pour le pouvoir d'achat, espérant un redémarrage de l'activité économique après plusieurs semaines de blocage des Gilets jaunes. 

«Les mesures annoncées en matière de pouvoir d'achat sont de nature à répondre aux attentes exprimées, sans pénaliser la compétitivité des entreprises», a estimé le Medef dans un communiqué.

Le 10 décembre, le président français a annoncé plusieurs mesures pour répondre aux revendications des Gilets jaunes, parmi lesquelles une hausse du SMIC mensuel de 100 euros, une prime de fin d'année pour les salariés versée par les «entreprises qui le peuvent» ou encore le retour des heures supplémentaires «sans impôt ni charges dès 2019». 

«Les heures supplémentaires défiscalisées et nettes de charges sociales étaient réclamées par la CPME. Cela devrait inciter les employeurs à y recourir davantage tout en permettant aux salariés de ne pas payer d’impôt, et ce sans grever les finances publiques», a applaudi la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), estimant que neuf millions de salariés bénéficieront de cette mesure.

La prime de fin d'année ? Une douce utopie

Un bémol toutefois : nombre d'organisations ont contesté la distribution de la prime de fin d'année, et la CPME a estimé que «le nombre de PME en capacité de distribuer une prime de ce type restera malheureusement limité».

Son président, François Asselin, a twitté : «L’entreprise comme un foyer ne peut distribuer que ce qu’elle gagne.»

Il ne faut «pas laisser trop d'illusions à nos salariés», a renchéri sur France Info Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment (FFB), l'une des principales composantes du Medef. «Je ne suis pas sûr que toutes nos entreprises et bien loin de là soient en capacité de verser la prime», a-t-il ajouté.

Le Medef comme la CPME espèrent désormais que les annonces apaiseront la grogne sociale et les manifestations qui secouent la France depuis près d'un mois. «Il est urgent que la liberté de circulation et de commerce soit rétablie partout en France pour que l’activité économique puisse reprendre», a par exemple souhaité le Medef.

La banque centrale française a divisé par deux le 10 décembre, à 0,2% contre 0,4% précédemment, le taux de croissance du produit intérieur brut français prévu pour le dernier trimestre de l'année, l'impact du mouvement des Gilets jaunes se faisant sentir dans «la plupart des secteurs».

Lire aussi : Selon Moscovici, Bruxelles suit «avec attention» l'impact sur le déficit des mesures de Macron

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter